Drame de Francfort

01 août 2019 06:48; Act: 01.08.2019 11:45 Print

L'auteur de l'homicide menacé sur Facebook

L'Erythréen, suspecté d'avoir tué lundi un enfant de 8 ans en le poussant devant un train à Francfort, est la cible de messages haineux sur les réseaux sociaux.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Même s'il n'a pas encore avoué son crime, l'auteur présumé de l'homicide ayant conduit à la mort d'un petit garçon de 8 ans à Francfort-sur-le-Main, est la cible de messages haineux sur Facebook.

Depuis qu'il a commis l'irréparable lundi, la haine se déverse sans filtre sur son profil: «Vous êtes un meurtrier et un monstre», «Quelle sorte de mauvaise personne êtes-vous?», «Vas brûler en enfer», «Comment un père de trois enfants peut faire une chose pareille?», peut-on lire sur le célèbre réseau social. Un de ses «amis» Facebook a même écrit: «Tu es un meurtrier», alors que d'autres demandent purement et simplement le retour de la peine de mort en Suisse.

«Vous ne valez pas mieux»

À contrario, d'autres internautes estiment que ces commentaires haineux n'ont pas lieu d'être: «C'est à croire que vous n'êtes pas normaux. Vous vous déchargez car l'auteur de ces actes horribles est un étranger», écrit l'un d'eux. «Pensez à ses enfants (ndlr: il en a trois) qui pourraient être harcelés et même menacés. C'est juste primitif», souligne un autre utilisateur. «Les gens malades, aigris et violents qui écrivent ce genre de choses ne sont pas meilleurs que le meurtrier. Je n'aurais également pas voulu vous rencontrer sur ce quai», a même osé l'un d'eux.

Pour rappel, cet homme, arrivé en train à Francfort depuis Bâle, s'est dissimulé lundi derrière un pilier de la gare allemande. A l'arrivée d'un train, il a soudainement poussé un garçon de 8 ans et sa mère de 40 ans sur la voie. L'enfant est mort et sa mère est parvenue à se dégager d'extrême justesse.

Les autorités suisses recherchaient cet homme de 40 ans, marié et père de trois enfants, à la suite d'agressions survenues le 25 juillet dans ce pays où il vivait depuis 2006. Ce jour-là, cet homme de 40 ans «a menacé de tuer sa voisine avec un couteau, a tenté de l'étrangler puis l'a enfermée chez elle avant de s'enfuir», a déclaré à la presse le chef de la police nationale allemande, Dieter Romann.

(20 minutes)