Carnet noir

04 avril 2019 14:35; Act: 05.04.2019 06:51 Print

L'écologiste Franz Weber n'est plus

La Fondation Franz Weber pleure la disparition de son fondateur. L'infatigable militant est décédé mardi à l'âge de 91 ans.

Une faute?

Franz Weber est décédé mardi à l'âge de 91 ans. L'infatigable défenseur de l'environnement avait protégé les vignes de Lavaux, gagné l'initiative sur les résidences secondaires et lutté contre la chasse aux bébés phoques en compagnie de Brigitte Bardot.

Ces dernières années, le Vaudois d'origine bâloise avait perdu la mémoire et vivait dans un foyer pour personnes âgées. Il s'est éteint dans la soirée du 2 avril à Berne, a annoncé jeudi sa fondation. Sa disparition «laisse sa famille, ses amis, ses compagnons de combat et ses collègues empreints d'une tristesse profonde, mais également d'un immense sentiment de gratitude», souligne-t-elle.

«Un grand homme»

«J'ai perdu mon père chéri et mon guide dans la lutte pour un monde digne d'y vivre», a déploré Vera Weber, la fille de Franz Weber. Sa vie durant, le militant a multiplié les combats en faveur de la nature, des animaux et du patrimoine. «Mon père était un grand homme. Il était impressionnant de combativité et de sincérité, et il était animé d'un fort sentiment de justice. Il n'avait jamais peur de rien. Il m'a appris à ne pas avoir froid aux yeux».

Des luttes, durant sa vie, il y en a eu beaucoup. Tout a commencé en 1965. De passage en Engadine, il est choqué par un projet de spéculation immobilière à Surlej, au bord du lac de Silvaplana. Il se met en tête de le sauver et découvre sa vocation.

Plus de 150 combats

Franz Weber a mené plus de 150 combats à travers la planète, a calculé sa fondation. Certains l'ont fait connaître à l'étranger, comme sa lutte pour le site antique de Delphes ou son combat contre la chasse aux phoques aux côtés de Brigitte Bardot. L'actrice française a d'ailleurs tweeté que Franz Weber était «à la base de son combat».

L'homme, adulé ou détesté, a su médiatiser ses engagements. Il a agacé et dérangé. Sa connaissance des médias n'est pas due au hasard. Après la Deuxième Guerre Mondiale, il a gagné sa vie comme correspondant à Paris.

Cette figure emblématique a lutté pour la beauté du paysage et la poésie de la nature. Qu'il s'agisse des bébés phoques, des taureaux et de la corrida, des Baux de Provence, de la bretelle de la Perraudettaz près de Lausanne ou du val d'Anniviers, ces combats relèvent moins de l'écologie que d'un duel contre la bêtise qui détruit ou avilit, expliquait-il.

Lavaux protégé

Sans lui, le site de Lavaux n'aurait probablement jamais été inscrit au Patrimoine mondial de l'Unesco. Afin de protéger le vignoble vaudois, Franz Weber a lancé trois initiatives populaires. Les deux premières ont été acceptées en 1977 et 2005.

Mais en 2014, sa troisième initiative est rejetée en votation populaire. Déjà affaibli, il s'était tenu en retrait durant la campagne. En complet beige, d'une élégance quelque peu surannée, il avait tenu à commenter les résultats, soutenu par sa femme Judith. «C'est le plus beau vignoble d'Europe et c'est l'un des combats de ma vie», disait-il alors.

«Il est certain que Lavaux est l'un de ses plus grands combats, et l'une de ses plus grandes fiertés», a expliqué sa fille Véra. Elle rappelle que Franz Weber a vécu la moitié de sa vie dans cette région. «Il adorait vivre dans le Lavaux et montrer la région aux invités qui venaient nous voir».

Résidences secondaires

L'adoption de l'initiative populaire visant à limiter les résidences secondaires en 2012 fait partie des grandes victoires de la fondation Franz Weber. Sa fille Vera Weber assure la relève. Depuis 2014, elle dirige la fondation Franz Weber.

Pour honorer la mémoire de Franz Weber, une cérémonie publique en l'honneur de Franz Weber aura lieu au début de l'été au Grandhotel de Giessbach, à Brienz. Cet hôtel qu'il avait sauvé de la démolition.

L'ancien conseiller d'Etat et conseiller national vaudois Josef Zisyadis a également salué le défunt.

L'émission «Pardonnez-moi» enregistré en avril 2015 sur la RTS:

(cht/ats)