Seisme au Japon

19 mars 2011 20:54; Act: 19.03.2011 22:29 Print

L'équipe d'experts suisses de retour

Les experts suisses de l'Aide humanitaire de la Confédération qui ont conduit un travail de recherche et d'évaluation au Japon sont de retour en Suisse.

Sur ce sujet
Une faute?

Une partie des experts suisses de l'Aide humanitaire de la Confédération qui ont conduit un travail de recherche et d'évaluation au Japon sont de retour en Suisse. Ils ont atterri samedi soir à Zurich-Kloten.

Après avoir subi un contrôle médical, cette vingtaine de spécialistes accompagnés de neuf chiens de sauvetage ont été accueilli à l'aéroport de Zurich par des responsables gouvernementaux et des membres de la Rega. Ils avaient été envoyés samedi dernier au Japon suite au violent tremblement de terre et au tsunami qui a suivi.

Le chef du Corps suisse d'aide humanitaire (CSA), Toni Frisch, a expliqué que les experts suisses de retour du Japon sont intervenus à 100 km environ au nord de la ville de Sendai - à quelque 150 km des centrales nucléaires de Fukushima I et II. Avec l'aide des chiens de sauvetage et de matériel de détection, les secouristes ont pu effectuer trois localisations de personnes ensevelies.

Au cours de leur mission, les spécialistes du Corps suisse d'aide humanitaire (CSA), parmi lesquels un expert en protection contre les radiations, ont assuré la sécurité de toute l'équipe en procédant régulièrement à des mesures de radioactivité. A aucun moment, une élévation de la radiation n'a été mesurée.

Leur retour ne met pas un terme à l'engagement de la Suisse sur place. Une dizaine d'experts de l'aide humanitaire sont encore à Tokyo et à Osaka. Ils soutiennent notamment le travail de l'ambassade au service des Suisses sur place.

En parlant des sinistrés, M. Frisch a déploré que la menace nucléaire fasse plus parler que leur sort. La majorité des survivants ne sont pourtant pas menacés en premier lieu par le nucléaire. Ils ont tout perdu, - leur famille, leur maison, leurs biens - peut-être même l'espoir. Ces gens sont passés en quelque sorte en deuxième plan, il est important de les remettre en avant, a- t-il souligné.

(ats)