Canton de Zurich

07 février 2017 15:47; Act: 07.02.2017 15:56 Print

L'ex du fugitif soupçonné de meurtre sort de prison

La jeune femme avait été arrêtée et placée en préventive le mois dernier dans le cadre de l'enquête sur la fuite du prisonnier.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

La justice zurichoise a relâché l'ex-compagne du détenu fugitif de 23 ans, suspecté du meurtre d'un homme à Zurich l'été dernier. La jeune femme avait été arrêtée et placée en détention préventive le mois dernier dans le cadre de l'enquête sur la fuite du prisonnier. Ce dernier a admis avoir tué un quadragénaire alors que la prison lui avait accordé une permission.

Le Ministère public zurichois ne précise pas les raisons de la libération de la jeune femme. Outre le meurtrier présumé et son ex-compagne, une troisième personne avait été arrêtée dans le cadre de l'enquête. Elle reste en détention préventive, indique mardi à l'ats la porte-parole du Ministère public Corinne Bouvard, confirmant une information révélée par 20 Minuten.

La police avait arrêté le meurtrier présumé le 18 janvier dernier dans le canton de Berne après plus de six mois de cavale. Elle a pu mettre la main sur lui par hasard, car il avait tenté d'acquérir une arme de manière illégale sur un réseau caché d'Internet. Les enquêteurs ne se sont rendu compte qu'il s'agissait du fugitif qu'après l'avoir arrêté, en examinant ses empreintes digitales.

Homme poignardé en pleine rue

Le jeune homme n'était pas revenu, fin juin, de sa permission au pénitencier de Pöschwies, à Regensdorf (ZH). Il purgeait depuis février 2014 une peine de cinq ans et demi de prison pour atteinte à la liberté individuelle, tentative de vol, tentative de contrainte et d'autres délits.

Le 30 juin, un homme de 42 ans avait été trouvé en pleine rue, dans l'arrondissement de Seefeld, mortellement blessé par des coups de couteau. Les secours, alertés par une passante, n'ont pas réussi à le sauver. La police a rapidement soupçonné le jeune homme de 23 ans d'être impliqué dans ce crime.

La disparition du détenu dans la nature, une semaine avant le crime, avait suscité des critiques contre les autorités zurichoises, l'été dernier. Face aux médias, la ministre cantonale de la justice Jacqueline Fehr avait défendu le régime des permissions dans le cas de personnes qui ne purgent pas une peine de prison à perpétuité. Le détenu en question remplissait en outre toutes les conditions disciplinaires lui permettant d'obtenir une sortie non accompagnée.

(nxp/ats)