Armes de guerre saisies à Turin

18 juillet 2019 17:12; Act: 18.07.2019 17:12 Print

L'extrémiste tessinois a travaillé pour Ruag

Le Suisse de 42 ans interpellé lundi lors d'un raid de la police italienne était un employé du groupe d'aéronautique et de défense Ruag, entre 2010 et 2013.

Sur ce sujet
Une faute?

On en sait un peu plus sur le ressortissant suisse arrêté lundi près de Bologne (It) dans le cadre d'une opération menée contre des sympathisants d'extrême droite. D'après l'hebdomadaire «WOZ», le Tessinois de 42 ans a travaillé de 2010 à 2013 pour le compte du groupe d'aéronautique et de défense Ruag.

Il s'agira désormais de déterminer si l'individu a utilisé les contacts noués pendant cette période pour son projet de vente d'armes. Le Qatar, d'où provenait le missile air-air saisi lundi par la police de Turin, est en effet un client de Ruag. Or le ministère qatari des Affaires étrangères affirme avoir vendu l'arme en question à un pays tiers en 1994. Ruag a confirmé à l'hebdomadaire que l'individu a fait partie de ses employés de septembre 2010 à fin juin 2013. Le groupe n'a pas fourni d'autres informations.

Lewin Lempert, secrétaire du Groupe pour une Suisse sans armée (GSsA), ne cache pas sa préoccupation: «Il est inquiétant que Ruag engage des personnes qui sont apparemment capables d'organiser de telles ventes d'armes. Ruag doit assumer sa responsabilité d'armurier pour la sécurité de tous», a-t-il déclaré à nos confrères de «20Minuten». Lewin Lempert demande par ailleurs qu'une enquête soit menée «sur les structures et les liens se cachant derrière ces trafics d'armes», ainsi que sur «l'implication éventuelle d'autres personnes, y compris de ressortissants suisses».

Le procureur fédéral dit être en contact avec les autorités italiennes. Toutefois, aucune procédure pénale n'a été engagée en Suisse.

Un extrémiste tessinois achète un missile au Qatar

(fss/joc)