Trafic de stupéfiants

11 mars 2011 10:12; Act: 11.03.2011 11:54 Print

L'héroïne est moins chère à Genève

Les consommateurs ont tout intérêt à venir à Genève pour s'approvisionner en héroïne, car cette drogue y coûte moins cher qu'ailleurs en Suisse romande et qu'en France.

Sur ce sujet
Une faute?

«En termes de peine-menace, le dealer prend un risque plus important en allant ailleurs en Europe», explique François Schmutz, nouveau chef de la police judiciaire genevoise, dans un entretien paru vendredi dans «Le Temps». Il ajoute que la position géographique de Genève en fait un point d'entrée pour les produits en provenance de divers pays.

Ainsi, à Genève 5 grammes d'héroïne coûtent 140 francs (soit 28 francs le gramme) alors que dans les autres cantons romands le prix moyen du seul gramme varie entre 70 et 100 francs, détaille M.Schmutz. «En France, c'est la même chose en euros», précise-t-il en soulignant que «pour les autres drogues, il n'y a pas de différence de prix».

Renforcer la répression

Le nouvel homme fort de la police judiciaire mise sur un renforcement de la répression et des sanctions qui auraient selon lui un effet dissuasif en la matière.

Vu la prolifération des différents marchés de cocaïne, d'héroïne et de haschisch, M.Schmutz estime qu'«il faudra viser des objectifs plus sérieux que le petit revendeur de marijuana».

Des uniformes

Il cite par exemple «le dealer détaillant qui conditionne des drogues dures à domicile et sort les vendre dans la rue». «Le menu fretin pourra quant à lui être dissuadé par la présence de policiers en uniforme», ajoute M.Schmutz. «Au final, on ne va certainement pas éradiquer le trafic de stupéfiants mais s'aligner sur le reste du marché», relève le chef de la judiciaire.

François Schmutz a pris ses nouvelles fonctions le 15 février dernier. Il assurait déjà auparavant l'intérim de la direction de la police judiciaire suite au départ d'Alexandre Vanzon à fin avril 2010.

(ats)