Assurance maladie

14 septembre 2016 09:34; Act: 14.09.2016 13:58 Print

L'idée d'un plafonnement des primes balayée

Les sénateurs ont rejeté à une large majorité la motion de la socialiste Liliane Maury Pasquier qui demandait que les primes ne dépassent pas 10% du budget des ménages.

storybild

La sénatrice socialiste genevoise Liliame Maury Pasquier a tenté en vain de faire passer sa motion. (Photo: DR)

Sur ce sujet
Une faute?

C'était à prévoir. La motion de la conseillère aux Etats genevoise Liliane Maury Pasquier sur le plafonnement des primes maladie à 10% du budget des ménages n'a pas fait long feu à la Chambre des cantons. Sa proposition a été balayée par 31 voix contre 13 mardi. Les cantons doivent rester libres de fixer des limites, ont-ils souhaité.

Pourtant la socialiste y avait mis toute sa fougue. Elle a rappelé que certaines familles devaient payer plus de 22'000 francs par année dans la caisse maladie la meilleure marché de leur canton à titre de l'assurance de base obligatoire. Soit plus de 20% des revenus de leur ménage. «Ce n'est pas possible de continuer comme ça! »

Liliane Maury Pasquier a rappelé que lors de l'élaboration de la loi sur l'assurance maladie dans les années 1990, le Conseil fédéral avait fixé comme objectif une charge maximale des primes à 8% du revenu d'un ménage. On est donc aujourd'hui très loin de cet objectif.

Les réductions cantonales baissent

Résultat: des ménages sont forcés d'économiser sur leurs frais de santé, selon le Genevoise. Elle a relevé que la situation était d'autant plus critique que dans plusieurs cantons, les réductions de primes étaient la cible de restrictions budgétaires.

Pour le PS, qui va faire pression en ce sens au niveau cantonal, un plafond à 10% du revenu doit être fixé. Une solution a déjà été trouvée dans le canton de Vaud, a rappelé Liliane Maury Pasquier. Et elle a été validée par 87% des votants, a ajouté sa camarade vaudoise Géraldine Savary, qui a tenté de l'appuyer en vain. «Cette motion met le doigt où ça fait mal. Depuis des années, on assiste à la hausse des primes et le problème n'a jamais été résolu. Sa proposition représente une piste qui mérite d'être explorée.»

Mais pour la droite, c'est aux cantons de régler la question, comme l'a souligné Roland Eberle (UDC/TG). Le sénateur a mis en avant les pratiques diverses dans les cantons et estimé qu'en Suisse romande, la densité est 2x plus forte. C'est ça le fédéralisme, mais du coup chaque canton doit pouvoir gérer lui-même ce domaine, a-t-il plaidé, tout en doutant qu'un plafonnement soit utile pour maîtriser les coûts de la santé.

Volonté du Parlement

Alain Berset a reconnu de son côté que la question était préoccupante. L'assurance de base représente une charge importante dans le budget des ménages, a-t-il souligné. Il a rappelé les efforts du Conseil fédéral pour contenir la hausse des primes et surtout que le Parlement avait décidé en 2008 que la réduction des primes relevait en premier lieu des cantons. «Nous respectons donc la volonté du Parlement.»

La Confédération participe au financement de ce rabais. Son obole augmente chaque année en fonction de la hausse des coûts, alors que la part cantonale tend à la baisse, a-t-il reconnu. Il a également relevé qu'en 2014, jamais le taux de bénéficiaires de subsides n'avait été aussi bas depuis l'introduction de la LaMal en 1996.

Mais il revient aux cantons de décider combien ils comptent verser et quels assurés ils ciblent, a toutefois déclaré le ministre de la Santé. Cette réglementation est judicieuse, dans la mesure où il existe un rapport étroit entre les réductions de primes, les prestations complémentaires, l'aide sociale et la politique fiscale cantonale, estime le Conseil fédéral.

(nxp/cht)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Bonhomme le 14.09.2016 11:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Compenser les augmentations

    Suggestion: Pour toute augmentation des dépenses de santé, baisser les tarifs Tarmed ,les prix des médicaments, les tarifs d'hospitalisation d'un pourcentage presque équivalent, l'année suivante.

  • Eveline Y. le 14.09.2016 11:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et boilà le travail....

    Continuez à voter pour le PLR et l'UDC, continuez à donner de plus en plus de pouvoir aux lobbyistes des assurances maladies. Sans aller jusqu'à voter pour les verts, la prochaine fois que vous votez/élisez, interrogez vous sur ce qui greve réellement votre budget, années apres années.

  • Stephane Dutoit le 14.09.2016 11:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ras le bol de mon pays à tout les niveaux !!!

    Continuer à voler les gens super normal ç est de nouveau la classe moyenne qui ramasse !!!!!

Les derniers commentaires

  • gg le 15.09.2016 10:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    révolution

    politique corrompu des ras parmi les ras vous êtes le cancer de la société. vous pensez être intouchable mais la roue tourne les citoyens ne croient plus en vous et ce n'est que le début de la révolution.

  • citoyen le 14.09.2016 19:47 Report dénoncer ce commentaire

    aller encore baisser les frocs

    c'est le bon moment pour lancer une initiative"contre la lamal obligatoire".honteux,ça prouve qu'ils ecoutent pas le peuple et qu'on est pas assez tondus a leurs yeux.ils connaissent la situation depuis des annees mais ne veulent rien faire,ça les arrange pas.Berset et ses acolytes sont des bons a rien

    • Sanut le 16.09.2016 02:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @citoyen

      Berset a les mains liées par le Parlement... à majorité udc, plr, pdc, ...

  • Josh le 14.09.2016 18:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Y en a marre

    Idée stupide cette suggestion socialiste....soit limiter la prime à 10% de votre salaire....intéressant di vous gagnez 3000 CHF par mois car votre prime sera plafonnée à CHF 300,-....mais dès lors c'est une fois de p,us la classe loyenne qui gagne 5000,-- ou 6000.- par mois qui devra payer plus car un salarié avec 6000,- par mois devra débourser 600.-- par mois pour sa prime alors qu actuellement c est moins....les socialos devraient arrêrerde favoriser les assistés et penser un peu plus à la classe moyenne qui ne vit pas aux crochets de la société

    • Stephanie le 14.09.2016 19:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Josh

      Tellement vrai...

  • J.Prolaque le 14.09.2016 16:07 Report dénoncer ce commentaire

    Heureusement !

    Limiter à un pourcentage maximal du salaire revient à faire payer les primes selon le salaire. Le peuple (hormis la gauche) n'en veut pas ! L'argent manquant sera pris chez les autres assurés,jusqu'à concurence du même pourcentage... Résultat des courses, les bas-revenus seront quelques peu soulagé et la classe moyenne étouffée... Ne parlons alors plus de subsides des primes! Finalement, quid d'un célibataire avec une revenu de 100'000 CHF et une famille avec le même revenu...

  • suisse le 14.09.2016 14:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    meme pas étonné

    normal nous n avons pas de transparence sur qui finance notre politique. .puis Maillard avais denoncé le faite qu il n etais pas normal que des gens ayant des interet dans ce domaine fasse partit de la politique suisse...tout comme en son temps swiscom et la poste qui ont ete banni..mais qui finance quand meme encor la politique suisse surement