Canton de Fribourg

11 mars 2019 13:31; Act: 11.03.2019 14:22 Print

L'impact des remontées mécaniques est chiffré

Les sociétés de remontées mécaniques génèrent chaque année 52 millions de francs de retombées économiques directes, indirectes et induites à Fribourg

storybild

L'avenir des remontées mécaniques fribourgeoises, comme à Charmey, passe par un soutien public à l'investissement.

Sur ce sujet
Une faute?

Un rapport publié lundi sur l'avenir des remontées mécaniques fribourgeoises prône la nécessité d'un soutien public à l'investissement. Le document «Préalpes Vision 2030» rappelle que le secteur engendre 52 millions de francs de retombées économiques dans le canton.

Les nouvelles pistes présentées dans un rapport d'une trentaine de pages s'inscrivent notamment dans le contexte des difficultés rencontrées par les installations de Charmey, en Gruyère. Elles ont été rédigées par le groupe de travail Préalpes Vision 2030, fondé il y a deux ans sous l'impulsion de la Direction de l'économie et de l'emploi (DEE).

«A l'origine de l'essor des destinations des Préalpes fribourgeoises, les remontées mécaniques constituent l'ossature du tourisme hivernal et en partie estival du canton», souligne le document. «Elles contribuent au maintien des emplois en région de moyenne montagne, à la création d'une offre hôtelière et parahôtelière ainsi qu'à la construction d'autres équipements de loisirs.»

52 millions de francs

L'impact économique du secteur est chiffré. Les sociétés de remontées mécaniques (SRM) génèrent chaque année 52 millions de francs de retombées économiques directes, indirectes et induites. La démarche vise à définir une stratégie permettant d'évaluer les besoins des SRM des Préalpes fribourgeoises et d'assurer leur développement futur.

Le nouveau cycle d'investissement s'inscrit dans un contexte socio-économique et climatique propre à la branche, avec un enneigement qui tend à diminuer au fil des ans. L'origine du groupe de travail remonte à 2017, le DEE partant du principe que le maintien des installations n'est pas envisageable sans une intervention financière des collectivités publiques.

«Préalpes Vision 2030» est formé de représentants de l'association faîtière Remontées Mécaniques Alpes Fribourgeoises (RMAF), de l'Union fribourgeoise du Tourisme (UFT), des sociétés RMF et Télégruyère. Les recommandations formulées touchent à la gouvernance, au climat et aux produits.

Entité de pilotage

Pour la première fois, il est proposé de créer une société d'économie mixte cantonale, via la fusion entre RMF et Télégruyère. Des mesures sont envisagées pour formaliser le fonctionnement et renforcer la collaboration. Il est aussi question d'un inventaire des équipements à remplacer et d'une planification des investissements.

En ce qui concerne le climat, la nécessité d'investir dans des projets d'enneigement mécanique est reconnue pour garantir le maintien des installations et la pratique du ski à terme. La diversification des activités estivales ressort également et devra servir à diminuer la dépendance à la saison hivernale.

La dimension touchant aux produits donnera lieu à la création d'un «concept global de VTT» pour tout le canton. La randonnée pédestre fera par ailleurs l'objet d'une coordination sur le plan cantonal, révèle le rapport final.

Quant aux critères de soutien à l'investissement, il est retenu que seuls les besoins liés aux infrastructures pourront bénéficier d'un soutien étatique. Le document constituera un véritable outil pour la nouvelle société d'économie mixte, en charge d'analyser les demandes d'investissement et d'émettre des préavis à l'intention du Comité du Fonds d'équipement touristique du canton de Fribourg (FET).

(nxp/ats)