Suisse

20 octobre 2017 13:14; Act: 20.10.2017 13:25 Print

L'initiative contre les pesticides devrait aboutir

L'initiative «Pour une eau potable propre et une alimentation saine» prévoit que Berne veille à ce que l'agriculture contribue à la sécurité de l'approvisionnement de la population.

storybild

Photo d'illustration. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

L'initiative «Pour une eau potable propre et une alimentation saine», qui veut couper les paiements directs aux agriculteurs recourant aux pesticides ou aux antibiotiques, devrait aboutir. Selon les initiants, les 100'000 signatures nécessaires ont été récoltées.

Les paraphes ont été rassemblés en environ sept mois, a indiqué Franziska Herren, de l'association «Une eau propre pour tous» à l'origine du texte. Elle confirme une information parue vendredi dans la BauernZeitung. Il est prévu de remettre les signatures à la Chancellerie en janvier prochain, alors que le délai court jusqu'au 21 septembre 2018, a ajouté Franziska Herren.

Le texte prévoit que la Confédération veille à ce que l'agriculture contribue à la sécurité de l'approvisionnement de la population en denrées alimentaires saines et en eau potable propre. Les paiements directs seraient soumis à la condition de respecter des exigences écologiques comme la préservation de la biodiversité, une production sans pesticides et des effectifs d'animaux pouvant être nourris avec le fourrage produit dans l'exploitation.

Ces subventions seraient coupées aux paysans administrant des antibiotiques à titre prophylactique aux animaux qu'ils détiennent ou dont le système de production requiert l'administration régulière d'antibiotiques. L'octroi d'autres aides (recherche, formation, investissement) serait soumis aux mêmes conditions.

Paysans critiques

L'initiative «pour une eau potable propre et une alimentation saine - Pas de subventions pour l'utilisation de pesticides et l'utilisation d'antibiotiques à titre prophylactique» n'est pas du goût de l'Union suisse des paysans (USP). La faîtière s'engage aussi pour que moins de pesticides soient utilisés dans l'agriculture, mais est contre un renoncement total, indiquait-elle en juin.

Car sans mesures phytosanitaires, les rendements vont baisser de 20 à 40%. Et l'industrie alimentaire suisse a besoin d'un approvisionnement sûr et continu en matières premières. Sans compter que même «la production biologique ne peut se passer des produits phytosanitaires», selon le président de l'USP Markus Ritter.

L'initiative «Pour une eau potable propre et une alimentation saine» peut cependant compter sur le soutien de plusieurs organisations environnementales, de protection de la nature et de protection des animaux. Parmi elles, Greenpeace Suisse, BirdLife Suisse, la Fédération suisse de pêche, l'association «Tier-im-Fokus» et Swissveg.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Ingénue le 20.10.2017 14:21 Report dénoncer ce commentaire

    Je suis ce que je mange

    Bravo aux initiants et continuez à récolter des signatures au delà du délai et sans relâche. Il faut que cesse les pressions et les mensonges des grands groupes de l'industrie agro alimentaire. Nos agriculteurs ne demandent qu'à travailler de manière éthique et responsable. Aidons-les à nous fournir une alimentation saine pour tous.

  • Mathieu le 20.10.2017 13:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bêtise humaine

    A quand une limite aux médicaments, antibiotiques et hormones pour la santé humaine....

  • citoyenne le 20.10.2017 13:49 Report dénoncer ce commentaire

    Apprendre d'autres pratiques

    Je suis pour. Cela ne veut pas dire qu'il ne faut pas aider les paysans à cette reconversion indispensable pour la santé des sols et des hommes. l'agriculture agro-écologique utilise des produits phytosanitaires naturels ( avec un impact réduit car il n'existe pas pour le moment de solution parfaite) et qui ont l'avantage de se dégrader plus rapidement dans l'environnement. Quand à la quantité nous savons que nous surproduisons ! Voici un lien sur un article assez exhaustif et des avantages , difficultés et les méthodes efficaces alternatives aux pesticides de synthèse:

Les derniers commentaires

  • Dom le 22.10.2017 09:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    contrôle pour tousse

    foutage de gueule. Vous croyez que se qui vient de l'étranger et contrôlée sens pesticides et antibiotiques.

  • Romanens Georges le 21.10.2017 13:24 Report dénoncer ce commentaire

    Paysans et vignerons

    Les vignerons aussi devraient se passer de pesticides, fongicides et tant d'autres produits cancérigènes... Les nappes phréatiques sont déjà poluées pour plusieurs générations avec leurs produits...une honte sanitaire et de la politique de santé publique. Oui c'est aussi de cela qu'il faut oser parler.

  • Aobsil le 20.10.2017 23:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Santé Publique

    C'est temp que la santé publique soit une priorité.

  • Fonjala le 20.10.2017 19:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Santé

    Les vignerons vont tirer la gueule!

  • Sylvie le 20.10.2017 18:07 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    À deux vitesses

    Et toutes les importations des pays voisins ? Donc nos paysans doivent filer droit pendant que la plupart vont s'empoisonner avec les fruits et légumes espagnols, italiens etc ?