Zurich

30 mars 2011 10:36; Act: 30.03.2011 11:16 Print

L’odyssée de son taxi la prive d’enterrement

Une vieille dame a déboursé 162 Fr. pour un périple en taxi de plus d’une heure. Ce faisant, elle n’a pu assister à la cérémonie funèbre d’un ami.

storybild

Parce qu'il a fallu retourner à son EMS pour y consulter le faire-part d'un ami défunt, Dora Rutz est arrivée avec plus d'une heure de retard à l'église où le culte avait déja eu lieu. (Photo: Nicola Pitaro / Tages-Anzeiger)

Une faute?

Dora Rutz (89 ans) a passé un bien mauvais après-midi, vendredi dernier. La vieille dame, qui vit à l’EMS Grünhalde à Seebach (ZH), voulait se rendre à la cérémonie funèbre d’un vieil ami. Elle est bien arrivée au lieu du culte – l’église réformée de Höngg – mais avec plus d’une heure de retard et avec une bourse vide. La cause? En apparence, l’ignorance d’un chauffeur de taxi qui n’aurait pas su rejoindre par le chemin le plus court l’église recherchée par Dora Rutz.

Les choses sont plus compliquées. Tout d’abord, Dora Rutz s’est rendue par erreur au cimetière de Hönggerberg. Elle croyait y assister à l’enterrement du défunt. Avertie que le culte se déroule ailleurs, elle fait appeler un taxi pour l’amener à l’église protestante de Höngg. Or le chauffeur de taxi décide de retourner d’abord à l’EMS de la vieille dame pour y consulter le faire-part de l’ami décédé pour ne pas se tromper d’église. Pour revenir de Seebach à Höngg, le taxi prend un peu plus d’une heure. Résultat: non seulement Dora Rutz arrive en retard, mais elle doit débourser 162 Fr. pour sa folle (et longue) course en taxi.

Patrick Rauber, le chef des taxis «Alpha», regrette cet incident. « Je suis désolé que la cliente soit arrivée en retard à la cérémonie», avoue-t-il au «Tages-Anzeiger», «mais il faut bien comprendre que nos chauffeurs doivent d’abord être en possession d’indications fiables avant d’entreprendre leur course», ajoute-t-il. Pour calmer les esprits, Rauber a envoyé un bon à Dora Rutz pour un autre voyage en taxi.

(rga)