Affaire Hildebrand

04 janvier 2012 14:46; Act: 04.01.2012 20:02 Print

La BNS soutient son président

Malgré les graves accusations qui s'accumulent dans la presse, la Banque nationale suisse (BNS) soutient son président Philipp Hildebrand, qui s'exprimera jeudi.

Sur ce sujet
Une faute?

Dans un communiqué publié mercredi, la BNS a affirmé que les dernières informations publiées sur les transactions de la famille sont partiellement incorrectes. Elles ne contiennent aucun élément dont les organes de contrôle n'auraient pas eu connaissance. Une seule transaction s'avère toutefois «délicate». Philipp Hildebrand, pour sa part, informera les médias jeudi après-midi.

Après plusieurs jours de mutisme, la BNS a également rendu publics mercredi son règlement interne sur les transactions pour compte propre par les membres du directoire élargi ainsi que le rapport d'audit. Dans la matinée, la «Weltwoche» avait rapporté que plusieurs transactions de devises auraient été réalisées depuis un compte appartenant à Philipp Hildebrand, et non à sa femme.

A la demande du Conseil de banque, le cabinet d'audit PricewaterhouseCoopers (PwC) avait examiné en décembre les transactions de la famille, après les rumeurs sur un enrichissement illégal en lien avec l'introduction du taux plancher du franc.


Un demi-million de dollars

La transaction «délicate» concerne l'achat d'un demi-million de dollars américains le 15 août 2011. Deux jours plus tard, la BNS augmentait les liquidités sur le marché du franc, ce qui a bénéficié à l'investissement. La raison de cette transaction serait la volonté de Kaysha Hildebrand de posséder de l'argent liquide à hauteur 50% en dollars américains, sa galerie d'art réalisant de nombreuses affaires dans cette monnaie.

D'après le rapport du cabinet PwC, Philipp Hildebrand n'avait pas connaissance des actions de sa femme. Il les a déclarées a posteriori aux instances de contrôle de la BNS. Selon ces dernières, elles étaient «absolument conformes aux exigences réglementaires».

Avant même le déballage médiatique, Philipp Hildebrand avait déjà indiqué à son conseiller bancaire de la Banque Sarasin qu'une commande de devises ne pouvait être effectuée que sur son ordre ou avec son accord.


Achat d'un bien foncier

En octobre, le président de la BNS a échangé un demi-million de dollars américains en francs suisses. Grâce au taux plancher du franc fixé en septembre, il a réalisé un gain par rapport à la transaction d'août. Le cabinet PwC explique cette dernière par l'achat d'un bien foncier par Philipp Hildebrand.

Selon l'enquête du Contrôle fédéral des finances, rendue publique dans le détail mercredi par le Conseil fédéral, la famille Hildebrand a effectué sept transactions pour un montant total de 2 millions de francs. Le gouvernement confirme en outre sa confiance au président de la BNS.

Mardi soir, un employé du service informatique de la Banque bâloise Sarasin a avoué avoir remis à un tiers des document liés à des transactions effectuées par la famille Hildebrand. Ces documents ont ensuite été transmis à un avocat proche de l'UDC.


Transparence exigée

Du côté des partis politiques, l'UDC et le PS exigent de la transparence. Après la succession de rumeurs, il appartient à la BNS, à son président, mais aussi à Christoph Blocher de faire la lumière sur cette affaire et de répondre aux questions ouvertes, estime Andreas Käsermann, porte-parole du PS.

Les dernières révélations sur M. Hildebrand sont graves, a estimé pour sa part Silvia Bär, secrétaire générale adjointe de l'UDC. Lorsque le plus haut gardien de la monnaie de la nation spécule grâce à ses connaissances d'»insider», ça n'est pas légal.


«Ca sent mauvais»

Le problème n'est pas de savoir si ces opérations sont légales ou pas, mais qu'elles mettent en doute la crédibilité de la politique, a déclaré Fulvio Pelli. Et le président du PLR de trouver surprenant qu'un maillon important de la politique financière de la Confédération fasse de telles opérations.

Du côté du centre-droit, Christophe Darbellay relève que l'UDC et Christoph Blocher qui ont défendu mordicus le secret bancaire sont en train de mettre sur la place publique les comptes de M. Hildebrand. «Tout cela sent mauvais», a déclaré à la RSR le président du PDC, qui évoque une opération de déstabilisation.

(ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • ton copain Mouammar le 06.01.2012 00:43 Report dénoncer ce commentaire

    La réaction prévisible du PLR

    Ca m'aurait étonné aussi que Lüscher et tout le reste de la clique des affairistes magouilleurs du PLR ne soient pas du côté d'un banquier qui a trouvé un bon moyen pas très moral de s'en mettre plein les poches.

  • Elodie le 04.01.2012 19:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Toujours la même chose ...

    Ce que je trouve fantastique dans tout ça, c'est que les gens qui s'expriment finissent par dire que tout ceux qui travaille dans une banque sont des pourris . Dois-je vous rappeler qu'ils ne gagnent pas tous des pactoles et qu'ils ne sont pas tous patron ou chef de quelconque service ?! À croire que vous ne connaissez pas grand chose au divers métiers de la banque ..

  • Rock Feller le 04.01.2012 19:25 Report dénoncer ce commentaire

    Tous copains, tous innocents !

    Il achète pour plus d'un million de dollars et sa femme pour plus d'un demi-million de dollars avant que sa décision (et l'argent des contribuables!) fasse grimper la valeur du dollar. C'est bien sûr une pure coïncidence s'ils s'en sont mis plein les poches ! Qui sont les membres du Contrôle fédéral des finances qui arrivent à cette étonnante conclusion ? Ce ne seraient pas par hasard des copains banquiers ? Et l'audit est-il payé par la BNS (avec nos sous) ? Parce que qui paie commande.

Les derniers commentaires

  • Jails le 06.01.2012 18:29 Report dénoncer ce commentaire

    Enfin

    Les services secret se sont enfin réveillé. Par contre on devrais aussi enquêter sur Micheline, son comportement est plus que suspect depuis Août. D'ailleurs elle viens faire quoi dans l'enquête ? Nous aussi on peut venir ?

  • Martin le 06.01.2012 15:55 Report dénoncer ce commentaire

    Démission

    Vous demandez la démission du patron de la BNS, alors dans le même élan et par solidarité, demandez également la démission de C. Blocher et la publication de ses comptes bancaires personnels sur les réseaux sociaux... On verra bien s'il est vraiment si "blanc" que ça ! Il ne sait vraiment plus comment faire pour se venger et faire parler de lui depuis qu'il a pris une veste le 14.12.2011. Pauvre de lui...

  • Hillsebranle le 06.01.2012 11:21 Report dénoncer ce commentaire

    Elle porte le pantalon

    Sa femme lui interdit de démissionner

  • ton copain Mouammar le 06.01.2012 00:43 Report dénoncer ce commentaire

    La réaction prévisible du PLR

    Ca m'aurait étonné aussi que Lüscher et tout le reste de la clique des affairistes magouilleurs du PLR ne soient pas du côté d'un banquier qui a trouvé un bon moyen pas très moral de s'en mettre plein les poches.

  • Hogan le 06.01.2012 00:02 Report dénoncer ce commentaire

    La réputation de la Suisse

    Les incompétents dans cette histoire sont avant tout l'employé de la banque (qui ruine sa carrière) et Blocher (pour changer). Dans le cas où Monsieur Hildebrand aurait vraiment voulu gagner de l'argent, il n'aurait pas misé sa carrière pour 60'000.-. De plus, les journaux internationaux en profitent pour faire les choux gras pour détériorer l'image financière de la Suisse. De ce fait, il n'y a aucune raison de démission pour cet homme qui a toujours travaillé correctement.