Ritaline

03 mars 2011 18:10; Act: 03.03.2011 18:13 Print

La Confédération veut limiter sa prescription

L'Office fédéral de la santé publique (OFSP) veut limiter la prescription de médicaments contre l'hyperactivité tels que la Ritaline.

Sur ce sujet
Une faute?

L'OFSP s'inquiète de l'usage abusif croissant de cette substance, utilisée notamment pour faire la fête plus longtemps ou être plus concentré pendant un examen.

L'Office fédéral agit sur la base d'interventions parlementaires, a indiqué jeudi à l'ATS son porte-parole Daniel Dauwalder, confirmant une information du quotidien alémanique «Tages-Anzeiger». Il examine actuellement plusieurs variantes. Il se pourrait par exemple qu'à l'avenir, seuls pédiatres et psychiatres soient autorisés à prescrire les médicaments contenant du méthylphénidate, le principe actif de la Ritaline.

C'est d'ailleurs déjà le cas pour le Focalin, a poursuivi le porte-parole. Ce produit est également utilisé pour traiter des enfants souffrant du trouble du déficit de l'attention et d'hyperactivité (TDAH).

Selon la liste des préparations, le Focalin doit en effet être prescrit par un «médecin spécialiste (pédiatre/psychiatre) expert dans le traitement du TDAH». Le thérapie médicamenteuse doit en outre être accompagnée d'un traitement «thérapeutique global». Enfin, «chez l'adulte, des symptômes correspondant doivent avoir existé dès l'enfance».

Autorisation nécessaire pour voyager

La Ritaline et d'autres médicaments contenant du méthylphénidate peuvent être actuellement prescrits par n'importe quel médecin. Il faut en revanche un certificat officiel justifiant leur possession légale pour voyager en toute tranquillité dans l'espace Schengen.

Des enquêtes ont montré que les fêtards et les étudiants consomment de plus en plus de psychostimulants de style Ritaline. Mais avant de définir plus précisément la voie à suivre, l'OFSP attend les résultats d'une réévaluation de ces substances par l'Institut suisse des produits thérapeutique (Swissmedic), a précisé M. Dauwalder.

La consommation de Ritaline n'est pas anodine. Le méthylphénidate peut déclencher ou renforcer un comportement suicidaire, met en garde Swissmedic sur son site internet. «En cas d'antécédents de comportements addictifs, psychoses et dépressions peuvent être renforcées».

(ats)