Homosexualité

03 septembre 2015 12:04; Act: 07.09.2015 16:33 Print

La Conférence des évêques a pris position

La Conférence des évêques suisses a indiqué être ouverte aux personnes homosexuelles. L'évêque de Coire Vitus Huonder avait tenu des propos polémiques fin juillet.

storybild

L'évêque de Coire Vitus Huonder avait cité fin juillet lors d'une conférence des passages de l'Ancien Testament «condamnant à mort» les auteurs «d'abominations» que seraient les personnes qui «couchent» avec des individus du même sexe. (Photo: Keystone/Archives)

Sur ce sujet
Une faute?

«L'Eglise est ouverte à tous les hommes» a déclaré la Conférence des évêques suisses. Réunie en assemblée ordinaire de lundi à mercredi, elle a réagi pour la première fois officiellement à la polémique initiée par les propos de l'évêque Vitus Huonder.

«Nous avons compris que de nombreuses personnes se sont senties blessées par ces paroles», a déclaré jeudi à la presse l'évêque de St-Gall Markus Büchel, président de la Conférence des évêques suisses (CES).

Lors d'une conférence fin juillet, l'évêque de Coire Vitus Huonder avait cité des passages de l'Ancien Testament «condamnant à mort» les auteurs «d'abominations» que seraient les personnes qui «couchent» avec des individus du même sexe.

Le prélat catholique s'est excusé par la suite, parlant de «malentendu». Suite à cette polémique, trois plaintes pénales ont néanmoins été déposées à l'encontre de Vitus Huonder.

Deux particuliers du canton de St-Gall et de Zurich ainsi que la faîtière des associations d'homosexuels Pink Cross l'accusent d'incitation publique au crime ou à la violence. Contacté par l'ats, le Ministère public du canton des Grisons, qui instruit les plaintes, devrait décider dans les deux prochaines semaines d'éventuelles conséquences juridiques. L'évêque sera encore invité à prendre position.

Un évêque doit sciemment choisir ses mots

Lors de l'assemblée ordinaire entre lundi et mercredi à Givisiez (FR), l'évêque de Coire s'est une nouvelle fois expliqué personnellement devant ses collègues. Il n'a jamais intentionnellement réclamé la peine de mort pour les actes homosexuels, a indiqué le président de la CES.

Mais un évêque doit toutefois sciemment choisir ses mots, selon lui. La CES n'a pas le pouvoir de sanctionner Vitus Huonder, a précisé son président qui a néanmoins exhorté ses collègues à réfléchir toujours à la portée de leurs discours et à la façon dont ils peuvent être reçus, notamment quand ils contiennent des expressions aussi sujettes à controverse que la «condamnation à mort».

«L'Eglise accueille inconditionnellement chaque personne dans sa dignité intangible aux yeux de Dieu, indépendamment de son orientation sexuelle» souligne encore le communiqué de la Conférence des évêques. Ses membres sont néanmoins conscients qu'ils doivent «continuer à chercher des chemins susceptibles d'exprimer cette conviction».

Mariage et famille, thèmes d'actualité

Les sujets délicats que sont le mariage et la famille figuraient aussi à l'agenda de la journée d'étude de lundi, a indiqué le secrétaire général de la Conférence Erwin Tanner. Théologiens, professionnels et spécialistes des sciences humaines ont eu de «fructueux échanges» sur ces questions, qui seront également débattues lors du Synode des évêques du mois d'octobre à Rome.

Quelles préoccupations l'évêque de Sion, représentant de la Suisse au Vatican, transmettra-t-il en particulier à cette occasion? La CES ne s'est pas prononcée à ce sujet, précisant que l'évêque Jean-Marie Lovey demeurait libre de ses déclarations.

Mgr Morerod élu président de la CES

L'évêque de Lausanne, Genève et Fribourg, Charles Morerod, a été élu président pour la prochaine période de 2016 à 2018. Mgr Büchel quittera ses fonctions au 31 décembre 2015.

Le nouveau président, docteur en théologie et en philosophie âgé de 53 ans, est actuellement vice-président de la CES. Il s'est réjoui de son élection, en saluant le choix de ses collègues de favoriser «l'alternance linguistique».

Mgr Felix Gmür, évêque de Bâle et anciennement secrétaire général de la CES, remplacera Mgr Morerod à la vice-présidence.

L'aide aux réfugiés est un devoir chrétien

Les évêques suisses ont encore appelé à un engagement plus soutenu en faveur des réfugiés. «Venir en aide à ces personnes en détresse, est un devoir chrétien», a souligné Charles Morerod.

Il a salué les initiatives en cours tout en rappelant qu'un effort accru s'avérait nécessaire. Le président Markus Büchel a quant à lui appelé les paroisses et les communautés à réfléchir à «comment faire plus».

(nxp/ats)