Sécurité

08 avril 2019 18:55; Act: 09.04.2019 11:08 Print

La Genève internationale peut mieux faire

Le Contrôle fédéral des finances a effectué un audit sur les mesures pour renforcer la Suisse comme État hôte, qui concernent en premier lieu la Genève internationale.

storybild

Plusieurs projets sont au point mort pour la sécurité extérieure des sites. (Photo: Keystone)

Une faute?

La Suisse doit assurer la sécurité extérieure des organisations internationales. Des progrès sont à faire dans la gestion des crédits dédiés à cette mission. Le Contrôle fédéral des finances a pointé du doigt des lacunes.

L'organe de surveillance a effectué un audit sur les mesures pour renforcer la Suisse comme État hôte, qui concernent en premier lieu la Genève internationale. Un crédit de 117,2 millions de francs a été libéré pour la période 2016 à 2019.

À une exception près, les résultats sont positifs, note le Contrôle fédéral des finances dans son rapport publié lundi. Plus de 11 millions de francs étaient budgétés pour la sécurité extérieure des sites. Mais, au moment de l'audit, seuls 500 000 francs avaient été utilisés. Plusieurs projets étaient au point mort et aucune réalisation n'était prévue à court ou moyen terme.

Processus à revoir

L'organe de surveillance a constaté des divergences d'opinion entre les protagonistes. Il demande donc que le processus soit revu et simplifié, que les responsabilités décisionnelles soient clairement délimitées. Il faut nommer une direction au sein du groupe de travail.

La division «Nations Unies et organisations internationales» du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) s'est engagée à mettre en oeuvre cette recommandation. Le Conseil fédéral a fait de même en février lorsqu'il a demandé un crédit de 111,8 millions pour la poursuite du soutien à la Genève internationale de 2020 à 2023.

Contrôles et barrières

La Suisse est responsable de la sécurité à l'extérieur du périmètre des organisations internationales, tandis que celles-ci en sont responsables à l'intérieur. La Confédération participe aux coûts à hauteur de 65%, les 35% restants étant à la charge du Canton de Genève.

Diverses mesures sont financées, comme la pose d'éléments visant à empêcher l'intrusion de véhicules et le renforcement du contrôle des personnes aux accès. Les demandes des organisations internationales sont soumises au préalable à l'appréciation du Service fédéral de sécurité.

Les mesures jugées nécessaires sont réalisées par l'intermédiaire de la Fondation des immeubles pour les organisations internationales (FIPOI). Un groupe de travail, présidé par le DFAE, gère les projets et leur planification financière.

Il regroupe la Mission suisse à Genève, l'Office fédéral de la police, la Brigade de sécurité diplomatique du canton de Genève, l'Office cantonal des bâtiments et la FIPOI. Un crédit fédéral de huit millions est prévu pour les années 2020 à 2030.

(nxp/ats)