Suisse

12 décembre 2019 15:03; Act: 12.12.2019 15:49 Print

La PSA dénonce les animaleries

La Protection suisse des animaux a visité plus de trente commerces vendant des bêtes. La plupart étaient en infraction.

storybild

La PSA constate que la plupart des animaleries ne respectent que les prescriptions minimales. (Photo: Keystone/Photo d'illustration)

Une faute?

La situation dans les animaleries est «intolérable», selon la Protection suisse des animaux (PSA). Sur les 33 commerces visités en 2019 par l'organisation, seuls deux n'étaient pas en infraction avec l'Ordonnance sur la protection des animaux.

La plupart des points de vente «ignorent les dispositions légales autant que les impératifs biologiques des animaux, tout en vantant un monde animal merveilleux à leurs clients», indiqué jeudi la PSA. C'est «un triste bilan».

Aménagement des enclos

La PSA n'a pu constater l'absence d'infractions à la loi relative à la détention des animaux que dans deux animaleries sur les 33 visitées. Les infractions portaient généralement sur l'aménagement des enclos.

L'organisation constate que la plupart des animaleries ne respectent que les prescriptions minimales de l'ordonnance, «c'est-à-dire à la limite de ce que la loi définit comme mauvais traitements infligés aux animaux». La PSA estime qu'il est «grave» de constater que de nombreux commerçants interprètent les prescriptions de l'ordonnance «comme des recommandations».

Devoir d'information

La Protection suisse des animaux souligne aussi que le devoir d'information «n'est ni respecté ni contrôlé». L'ordonnance stipule que toute personne qui vend, à titre professionnel, des enclos pour animaux domestiques est soumise à une obligation d'informer sur la manière de détenir les animaux.

Seules deux des 33 animaleries visitées s'acquittaient de leur devoir d'informer «de manière satisfaisante». Dans six autres magasins, les erreurs sont «minimes». Tous les autres points de vente «ne respectent pas du tout les prescriptions» ou de manière «très insuffisante».

La PSA demande que les abus soient poursuivis de manière conséquente et uniforme par les services vétérinaires responsables. Elle exige aussi que les contrôles réalisés par les autorités mettent davantage l'accent sur les défauts que présentent les enclos.

(nxp/ats)