Trafic d'ivoire en Suisse

15 avril 2019 17:09; Act: 15.04.2019 17:29 Print

«Cette affaire a été traitée avec une telle légèreté!»

La Suisse aurait relâché des trafiquants chinois venus de Tanzanie un peu trop vite. Une affaire qui fâche Dodoma.

storybild

Saisie d'ivoire à Zurich. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Des trafiquants chinois venus de Tanzanie n'avaient, en 2015, pas été inquiétés par la Suisse après la saisie de 262 kilos d'ivoire à l'aéroport de Zurich. Selon «La Liberté» lundi, la Tanzanie est «indignée» par la légèreté du suivi helvétique de cette affaire.

A l'époque Mathias Lörtscher, de l'Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV), responsable de l'enquête, avait indiqué que les trafiquants avaient été interrogés, puis relâchés après versement d'une caution de 100'000 francs. Selon «La Liberté», les trois Chinois ont payé 3000 francs de dépôt d'amende, sont repartis à Pékin et n'ont plus jamais été inquiétés. Les douanes suisses avaient pourtant annoncé des amendes élevées.

La valeur de cette saisie avait alors été estimée à 400'000 francs. Interrogé sur le cours actuel de l'ivoire sur le marché, le porte-parole de l'OSAV rappelle que, ce commerce se déroulant sur le marché noir, il n'y a en principe pas de prix: «Mais il semble que le kilo soit un peu moins cher qu'à l'époque, quelque 1000 dollars au lieu de 1500 dollars».

«La Suisse a traité cette affaire avec une telle légèreté!», aurait selon le quotidien fribourgeois dénoncé le bureau du procureur général tanzanien. «La Suisse n'aurait jamais dû libérer ces trois trafiquants», selon ce dernier.

L'affaire risque d'être classée

L'OSAV a confirmé à Keystone-ATS avoir ouvert une procédure pénale et déposé une demande d'entraide judiciaire à Pékin il y a plus de trois ans. Selon «La Liberté» «plusieurs sources au sein des milieux de la protection de l'environnement et du côté des douanes chinoises indiquent que Pékin considère le cas comme clos, car les Suisses ont confisqué l'ivoire et imposé un dépôt d'amende».

Mathias Lörtscher conteste, les Chinois n'ayant selon lui pas donné cette réponse: «Nous ne savons pas pourquoi ils ne donnent pas suite à notre requête». La procédure pénale étant toujours en cours, l'OSAV ne fournit par conséquent pas d'autres renseignements.

Le responsable des espèces menacées à l'OSAV prévoit d'interpeller ses interlocuteurs chinois lors de la prochaine conférence de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d?extinction (CITES), en mai au Sri Lanka. sans autre développement, l'affaire pourrait être classée.

L'OSAV relativise cependant son attitude passée: «A sa décharge, la Suisse n?était guère habituée à de telles prises.» La quasi-totalité des infractions de la loi sur les espèces protégées sont en effet des cas mineurs (des problèmes de permis non conforme, etc). Sur les centaines de cas d?infractions par an, plus de 90% des cas se sont soldés par une procédure administrative sans amende.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • SwissKaputt le 15.04.2019 17:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Beurk

    la suisse est souvent le pays du déni....on est moux, avons toujours du retard quant à nos décision...on est lent et on ne retrouve rien. Notre armée est nul...nos espions zéro et nos fonctionnaires incapables. Et nos politiciens trop riches pour changer les choses. Je suis 100% suisse et le swiss made me fait rire.... Y a que le rivela et ragusa dont je suis fier...

  • Le Petit Suisse le 15.04.2019 17:28 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bravo

    Ah la Chine pays ou les gens sont devenu intouchables. Merci à la démocratie Suisse et Mondiale d'agir comme ça cela nous prouve encore plus à quel point la politique est degeulasse.

  • Corne d abondance le 15.04.2019 17:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Argent avant tout

    En Suisse il n y a que l argent qui compte on le sait bien.

Les derniers commentaires

  • Georges Romanens le 16.04.2019 10:25 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Cela fait combien d'éléphants tués ?

    Et dire que j'avais du payer 100 fr Suisse d'amende à la douane parce que j'avais importer de France 500 gr de viande pour le grill. Il y a comme un malaise et une injustice non ?

    • Bastoun le 16.04.2019 12:07 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Georges Romanens

      100.- CHF pour 500 grammes, tu te moques de qui ?

  • moi le 16.04.2019 10:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    moi

    Tout tourne autour de l argent, mais à t on pensé aux massacres de ces animaux, encore fois et encore, les problèmes ne ce règle pas forcément avec l argent non seulement c est de l argent pourri, tout tourne autour de l argent argent!!! L homme détruit tout, même cette magnifique planète qu on nous prête, pour une durée limitée, réfléchissons un peu plus long que le bout du nez, respectons là, nettoyons là cette planète et tout ce qui est dessus.

  • Popol le 16.04.2019 09:54 Report dénoncer ce commentaire

    ya pas de moi en faire tout un plat

    je sais pas ce quon a tous contre cet ivoir. les éléfants sont mort depuis belle lurete donc autant lutiliser

  • Jérôme B. le 16.04.2019 09:02 Report dénoncer ce commentaire

    Et en Tanzanie

    En même temps la Tanzanie a aussi contrôlé le contenu des valises (qui contenaient l'ivoire) avec légèreté. Une faille à l'aéroport. La Tanzanie doit assumer sa part de responsabilité et assurer qu'il n'y ait pas de braconnage sur son sol. Faudrait déjà commencer par ça.

  • Beno Sorel le 16.04.2019 01:18 Report dénoncer ce commentaire

    naïf

    "Mathias Lörtscher conteste, les Chinois n'ayant selon lui pas donné cette réponse: «Nous ne savons pas pourquoi ils ne donnent pas suite à notre requête»." Il est pas un peu naïf lui ? Les chinois s'en foutent pas mal de cette histoire