Asile

21 avril 2019 18:39; Act: 22.04.2019 11:18 Print

La Suisse championne en matière de renvois

En comparaison de tous les États de l'Union européenne, la Suisse est le pays qui renvoie le plus de demandeurs d'asile.

storybild

(Image d'illustration) La Suisse renvoie 57% de ses requérants d'asile. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

La Suisse a renvoyé près de 57% des demandeurs d'asile. Dans l'Union européenne, cette valeur s'élève à 37%. Mais le Secrétariat d'État aux migrations (SEM) a une explication.

Aucun autre pays n'a signé autant d'accords de réadmission que la Suisse, soit 66, a rappelé à Keystone-ATS Daniel Bach, porte-parole du SEM, revenant sur une information du «SonntagsBlick». De plus, elle met en oeuvre de manière conséquente l'accord de Dublin, comme le montre un document de l'office, daté du 11 avril.

Vers des régions de guerre?

Cet accord fonctionne très bien pour la Suisse, peut-on y lire. Elle transfère sensiblement plus de personnes vers d'autres États-Dublin que ce qu'elle n'en reçoit.

Les renvois vers des États dont la situation de sécurité est précaire, comme l'Afghanistan et la Somalie, sont rares, précise le document. L'hebdomadaire alémanique en conclut que la Suisse renvoie «à nouveau vers des régions de guerre». Ce que contredit M. Bach.

La Suisse s'efforce d'exécuter, individuellement, des renvois légaux vers ces pays, précise le document du SEM. Et de lister un vol extraordinaire vers l'Irak en 2017, un renvoi sous escorte policière vers la Somalie en 2018 et vers l'Afghanistan en mars 2019.

L'Afghanistan n'est pas considéré entièrement comme zone de guerre. Certaines régions, comme la capitale, Kaboul, sont considérées comme raisonnables pour un renvoi; d'autres non. Cette évaluation n'a pas changé, selon le porte-parole. La même chose vaut pour la Somalie. Le SEM enquête sur les dangers de persécution au cas par cas.

Double stratégie

La Suisse suit une double stratégie en matière de renvoi. Elle participe à la politique européenne et aux mesures et instruments communs d'une part. D'autre part, elle mise sur la collaboration bilatérale avec les différents pays de provenance, par exemple en concluant des accords de migration.

(nxp/ats)