Prédictions

20 juin 2017 09:30; Act: 21.06.2017 07:21 Print

La Suisse de 2017 vue en 1987: le jeu des 7 erreurs

par Marco Lüssi, rmf - En 1987, un professeur présentait la Suisse de 2017 selon ses prévisions. Les prédictions ne se sont pas toutes réalisées...

Voir le diaporama en grand »
A quoi ressemble la Suisse de 2017 selon les prévisions de 1987? «20 Minuten» s'est livré au jeu des 7 erreurs. «La Suisse en 2017»: voilà le titre de l'article publié par un professeur de l'EPFZ, en 1987, dans «Blick pour Madame». L'historien lausannois Jean-François Bergier avait imaginé les changements que connaîtrait le pays en 30 ans. L'article prévoyait une fléchissement de la population, car la génération des baby boomers étaient censés arriver en fin de vie. La prévision était fausse. Fin 2016, le pays totalise 8,4 millions d'habitants, et les naissances dépassent toujours largement les décès. Les causes de l'erreur de Bergier ? Il avait probablement sous-estimé les chiffres de l'immigration. L'historien estimait que la famille classique serait de plus en plus petite. Effectivement, si le nombre d'enfants est resté stable, les ménages monoparentaux sont en augmentation Les centres urbains étaient censés se vider pour en faire des bureaux. Cette tendance ne s'est pas révélé exact. Photo: le chantier d'une maison familiale en 1989. Effectivement, les chaînes de télévision sont devenues plus largement inspirées de l'international, était trop petites pour financer beaucoup de contenu original, comme le prévoyait l'historien. Bergier avait prédit correctement le développement des transports publics. Ici: La construction de la gare de Zurich Stadelhofen en 1987. Bergier prévoyait moins de voitures... et pourtant, pour 3,2 millions de véhicules il y a 30 ans, il y en a maintenant 5,9 millions. «Pour garantir les rentes, l'âge de la retraite sera repoussé»: Cette prédiction s'est réalisée, mais seulement pour les femmes. A l'époque, elle était fixée à 62 ans, elle est désormais à 64 ans, et le peuple se prononcera en automne pour le repousser à 65 ans comme les hommes. Des énergies renouvelables à hauteur de 15% de la demande: cette tendance était trop optimiste, car elle est pour l'instant à 4% de la demande. L'historien lausannois Jean-François Bergier, qui a été professeur à l'EPFZ, est un chercheur très réputé dans le domaine de l'histoire suisse. Il a notamment été en charge d'investiguer les rapports entre la Suisse et le Reich allemand durant la 2ème guerre mondiale.

Une faute?

«La Suisse en 2017»: voilà le titre de l'article publié par un professeur de l'EPFZ, en 1987, dans «Blick pour Madame». L'historien lausannois Jean-François Bergier avait imaginé les changements que connaîtrait le pays en 30 ans. Aujourd'hui, il est temps de comparer les prévisions avec la réalité. «20 Minuten» a donc fait ce gros travail.

La population commencera à reculer

1987: «Aujourd'hui la Suisse compte 6,5 millions d'habitants. Il devrait y en avoir 300'000 de plus dans 30 ans, mais la population commencera à reculer car les baby-boomers arriveront à la fin de leur vie. Il y aura chaque année plus de décès que de naissances.»
2017: La prévision était fausse de 1,6 million. Fin 2016, le pays totalise 8,4 millions d'habitants, et les naissances dépassent toujours largement les décès. Les causes de l'erreur de Bergier ? Il avait probablement sous-estimé les chiffres de l'immigration.

Les centre-villes seront principalement remplis de bureaux

1987: «La famille classique sera de plus en plus petite et vivra de préférence en périphérie de la ville. Les centres urbains seront donc peu à peu vidés pour en faire des bureaux.»
2017: La famille s'est effectivement restreinte, car si le nombre d'enfants reste stable, les ménages monoparentaux sont en augmentation, selon l'Office fédéral de la statistique. Les lieux de vie sont de plus en plus des copropriétés, à la campagne mais aussi en ville, qui n'ont pas été délaissées comme Bergier l'avait prédit.

Une influence étrangère croissante

1987: «Il y aura plus de mariages mixtes, et les influences de l'étranger seront plus importantes.»
2017: Là-dessus, l'historien avait raison. L'an dernier, plus de 40'000 mariages ont eu lieu, dont 37% unissent un Suisse avec un étranger.

Il y aura moins de voitures

1987: «En raison de l'exode rural, les transports en commun vont se développer, notamment entre les villes et les plus petites agglomérations. Il y aura donc moins de voitures.»
2017: Sur l'expansion des transports publics, la prévision était juste. Cependant, l'idée que cette tendance aboutisse à une diminution du nombre de voitures est fausse: pour 3,2 millions de voitures il y a 30 ans, il y en a maintenant 5,9 millions.

L'âge de la retraite augmentera

1987: «Pour garantir les rentes, l'âge de la retraite sera repoussé.»
2017: Cette prédiction s'est réalisée, mais seulement pour les femmes. A l'époque, elle était fixée à 62 ans, elle est désormais à 64 ans, et le peuple se prononcera en automne sur la réforme Prévoyance 2020 qui forcerait les femmes à travailler jusqu'à 65 ans comme les hommes.

Les femmes seront plus indépendantes

1987: «Les femmes seront plus autonomes, et impliquées dans le monde du travail.»
2017: En effet, le taux d'emploi chez les femmes a augmenté depuis les années 1990. Mais même aujourd'hui, il y a toujours plus d'hommes que femmes dans le monde du travail.

15% de l'énergie sera d'origine renouvelable

1987: «Dans 30 ans, les énergies alternatives seront bien développées. Elles permettront de couvrir 15% de la demande, qui restera stable par rapport à aujourd'hui.»
2017: Bergier était trop optimiste. A l'heure actuelle, c'est le 4% de la demande qui est couvert par les énergies renouvelables. Concernant la demande, l'historien était plutôt trop pessimiste: en 30 ans, elle a même diminué un peu.

La télévision sera plus internationale

1987: «Les chaînes de télévision achèteront leurs émissions à l'étranger.»
2017: En effet, les chaînes de télévision sont désormais plus largement inspirées de l'international, étant trop petites pour financer beaucoup de contenu original. La RTS, par exemple, achète nombre de ses programmes hors de nos frontières.