Affaire ukrainienne

06 mai 2012 09:06; Act: 06.05.2012 11:51 Print

La Suisse est prête à accueillir Timochenko

Didier Burkhalter a déclaré dans un interview dimanche que la Suisse était prête à accueillir l'ancienne chef du gouvernement ukrainien actuellement en grève de la faim en prison.

storybild

Emprisonnée depuis août 2011, condamnée en octobre à sept ans de prison, Mme Timochenko a entamé le 20 avril une grève de la faim. (Photo: Reuters)

Sur ce sujet
Une faute?

«Si les parties - Union européenne, Allemagne et Ukraine - le désirent, nous sommes prêts à jouer les intermédiaires et, d'autre part, à aider», a déclaré à la «NZZ am Sonntag» le ministre des affaires étrangères Didier Burkhalter.

La Suisse a les compétences et les spécialistes pour jouer un rôle dans la résolution des conflits. C'est la raison pour laquelle Didier Burkhalter peut imaginer que la leader de l'opposition emprisonnée et peut-être maltraitée puisse être soignée médicalement en Suisse, comme des parlementaires helvétiques l'ont déjà demandé.

Le patron du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) reconnaît que la Suisse est déjà en contact avec l'Ukraine depuis longtemps. Il n'apprécie guère que l'on mette de l'huile sur le feu en politique dans ce cas avec des appels au boycott de l'Eurofoot en Ukraine. «Je ne crois pas que des menaces de boycott vont apporter beaucoup dans cette situation», a relevé Didier Burkhalter.

(ap)