Prothèses mammaires

23 décembre 2011 11:09; Act: 23.12.2011 12:35 Print

La Suisse ne recommande pas un retrait préventif

Au contraire des autorités françaises, la Suisse, par l'intermédiaire de Swissmedic, ne recommande pas de se faire ôter les implants défectueux PIP.

Voir le diaporama en grand »
02.05.16 Jean-Claude Mas, le fondateur de la société PIP, a été condamné en appel à 4 ans de prison ferme. 24.11.15 Quatre ans de prison ferme ont été requis mardi à l'encontre de Jean-Claude Mas, l'ancien patron de PIP, jugé devant la Cour d'appel d'Aix-en-Provence (F), 10.12 La justice française a condamné mardi à quatre ans de prison Jean-Claude Mas, le fondateur de la société PIP qui a vendu durant des années des implants mammaires frauduleux, lors du premier procès de ce scandale. 26.04 Jean-Claude Mas, a «demandé pardon» aux femmes victimes de ses implants mammaires frauduleux, vendredi, lors de son procès devant le tribunal correctionnel de Marseille. 24.04 Jean-Claude Mas, a présenté mercredi des excuses du bout des lèvres à l'égard des victimes de sa fraude massive aux prothèses mammaires. 27.03 Selon les médias français, de nombreuses femmes ne seront pas indemnisées. 06.01 Sans vergogne et provocateur, Jean-Claude Mas, fondateur de la société de prothèses mammaires PIP, a admis devant les enquêteurs avoir produit un gel de silicone non homologué. Il n'a pas affiché de remords apparents. 15.04.2013 Le procès du scandale des prothèses mammaires défectueuses de la société française PIP, dirigée par Jean-Caude Mas (photo), s'ouvre mercredi à Marseille 16.04 «Ce type mérite la prison, il a agi comme un terroriste, en mettant une bombe à retardement, une bombe atomique, dans nos corps», lance à l'AFP Surany Arboleda, une avocate de 28 ans, qui a lancé une campagne nationale, réunissant près de 400 femmes, qu'elle défend gratuitement. 30.10 Plus de 13'500 femmes ont bénéficié en France d'un retrait de prothèses mammaires PIP au gel de silicone frauduleux. Le fondateur des implants PIP Jean-Claude Mas a été libéré lundi. 29.10.2012 Le fondateur des implants PIP, Jean-Claude Mas, pourrait être libéré lundi avant la tenue de son procès agendé au mois d'avril 16.07 La justice rendra sa décision jeudi sur le maintien en détention du président fondateur de la société produisant les implants mammaires défectueux PIP.. 12.07 500 nouvelles plaintes de victimes présumées des prothèses PIP, au coeur d'un vaste scandale sanitaire, ont été déposées jeudi matin au tribunal de grande instance de Marseille. 30.03 Le bras de fer s'est durci vendredi entre les victimes des prothèses mammaires défectueuses la société varoise Poly Implant Prothèse (PIP) en quête d'une indemnisation rapide et l'assureur Allianz. 25.01 Jean-Claude Mas, le fondateur de PIP, a été placé en garde à vue, puis inculpé. 24.01 Les autorités cantonales neuchâteloises ne semblent pas pressées d'enquêter au sujet des implants mammaires PIP posés dans la Clinique de la Tour à La Chaux-de-Fonds. «Laclinic», institut privé spécialisé dans les interventions esthétiques sis à Montreux (VD), a implanté 180 prothèses PIP sur les 280 recensées en Suisse. Elle propose à ses clientes de se faire à nouveau opérer, mais pour 5000 francs, au lieu de 10'000 francs, selon la Télévision suisse romande. 07.01 Cinq femmes portant des implants mammaires de la firme française PIP les ont fait retirer en Belgique depuis début décembre selon les autorités sanitaires belges. 30.12 Vingt cas de cancers survenus chez des femmes porteuses de prothèses mammaires PIP ont été déclarés aux autorités sanitaires en France, a annoncé vendredi l'Agence des produits de santé (Afssaps). 24.12 Le fondateur des implants mammaires PIP est bien recherché par Interpol mais sans lien avec le scandale des prothèses. 23.12 Interpol a demandé vendredi l'interpellation du fondateur de la société PIP, impliqué dans le scandale des prothèses mammaires défectueuses car il est recherché par le Costa-Rica. 23.12 Le gouvernement français a recommandé vendredi, par la voix du ministre de la Santé, le retrait «à titre préventif» des prothèses mammaires PIP défectueuses. La société spécialisée dans les prothèses mammaires en silicone Poly Implant Prothèse (PIP) est au coeur d'un vaste scandale en France et dans le monde. Les autorités vont demander à près de 30'000 Françaises porteuses de prothèses de se les faire enlever. Ces prothèses mammaires sont interdites dans plusieurs pays du continent depuis 2010.

Sur ce sujet
Une faute?

Swissmedic ne recommande pas le retrait préventif des prothèses mammaires PIP. Selon l'institut, il n'y a pas de nouvelles données scientifiques sur un risque accru de cancer. En Suisse, quelque 280 femmes sont porteuses de ce type d'implants.

Contrairement à la France, la Suisse ne conseille pas aux femmes de se faire enlever ces prothèses à titre préventif, a indiqué vendredi à l'ATS Daniel Lüthi, porte-parole de l'Institut suisse des produits thérapeutiques. Une telle mesure serait démesurée.

Pour l'heure, l'avis scientifique montre qu'il n'y a pas «à ce jour de risque accru de cancer» chez les femmes porteuses de prothèses mammaires PIP. Par ailleurs, une explantation implique une opération qui comporte aussi des risques potentiels.

Recommandations en vigueur

Swissmedic en reste aux recommandations en vigueur, à savoir se faire contrôler tous les six mois et contacter immédiatement son médecin en cas de problème. L'institut rappelle qu'en Suisse moins de 1% des implantations de ce type a présenté des problèmes. En Grande-Bretagne, avec 40'000 femmes qui en portent, ce taux est d'environ 1%. La rupture de la silicone entourant la prothèse peut entraîner des inflammations.

Au moins 280 femmes en Suisse se sont fait implanter des prothèses mammaires de la société française société Poly Implant Prothèse (PIP), surtout dans des cantons romands. L'Agence française des produits de santé avait annoncé en mars 2010 le retrait du marché et le rappel de ce type de prothèses. La Suisse avait aussitôt suivi cet avis.

Le fabricant avait utilisé un gel de silicone industriel de moins bonne qualité que celui qu'il avait déclaré lors de la mise sur le marché du produit. Environ 30'000 femmes sont concernées en France. Vendredi, le ministre français de la Santé, Xavier Bertrand, a recommandé «à titre préventif et sans caractère d'urgence», que le retrait des prothèses mammaires PIP soit proposé aux femmes qui les portent.

(ats)