Jordanie

10 juillet 2014 19:31; Act: 10.07.2014 19:35 Print

La Suisse poursuit sa politique de solidarité

La conseillère fédérale Simonetta Sommaruga a achevé jeudi une visite de deux jours en Jordanie.

storybild

La conseillère fédérale Simonetta Sommaruga était présente en Jordanie, jeudi. (Photo: Keystone)

Une faute?

La conseillère fédérale Simonetta Sommaruga a notamment visité le camp de réfugiés de Zaatari, en Jordanie, ainsi que le centre d'enregistrement de Raba Sarhan, a quelque sept kilomètres de la frontière syrienne.

Ce camp est ouvert 7 jours sur 7 et 24h/24. Les nouveaux arrivants y sont enregistrés à la fois par le Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) et par la police jordanienne. De 500 à 1000 personnes passent illégalement la frontière entre la Jordanie et la Syrie chaque jour. Elles arrivent généralement dans un état de grande fatigue, car elles voyagent plusieurs semaines avant de pouvoir entrer en Jordanie.

Un vieil homme a raconté qu'il lui avait fallu trois semaines depuis Alep. Il est venu avec sa fille et ses quatre petits-enfants. Son message à la conseillère a été simple, «Il faut aussi aider les Syriens a l'intérieur, nous manquons de nourriture, d'eau et de médicaments, et même de vêtements. Il ne faut pas les oublier ».

Les Nations Unies estiment que plus de six millions de Syriens ont été déplacés a l«intérieur du pays par les combats, et le régime impose un blocus strict sur les zones tenues par les rebelles. Le Comité international de la Croix-Rouge est présent dans ce centre, il a installé à la frontière des abris et des douches, il distribue aussi des rations de nourriture aux nouveaux arrivants.

Demeurer solidaires

A la fin de sa visite, Simonetta Sommaruga a conclu que la Suisse doit poursuivre sa politique de solidarité. « Je pense que la Suisse a très bien réagi, car elle a soutenu les réfugiés, ainsi que la population jordanienne. C«est important car, dans cette région, il n'y a pas assez d'eau pour la population en temps normal, et les écoles sont submergées.»

La cheffe du Département fédéral de justice et police (DFJP) estime que la Suisse doit continuer à soutenir la Jordanie pour l'aider à relever ce défi, et accueillir des réfugiés. L'année passée, elle a permis la réunification de 3000 Syriens et Syriennes avec leurs familles qui vivaient déjà en Suisse.

En 2013, la Suisse a proposé d'accueillir 500 réfugiés syriens en situation vulnérable (victimes de torture, femmes seules avec enfants). « Ces contingents, c«est peu, ce n«est jamais assez. Mais les responsables des ONG en Jordanie et les responsables des agences des Nations Unies ont souligné que le plus important est d'aider ici, dans les pays hôtes.»

Engagement européen

Mardi et mercredi dernier la conseillère fédérale a participé à une réunion des ministres européens de l'Intérieur. Les migrations étaient à l'ordre du jour, mais la question de la crise syrienne et de ses conséquences a été prioritaire.

« J'ai demandé que nous fassions plus, que nous aidions les pays hôtes, les Syriens en Syrie et, surtout, que tous les pays européens prennent des contingents de réfugiés. Ainsi, l'Europe fera vraiment plus ». Seuls 22 pays ont des programmes de réinstallations pour les réfugiés syriens, dont une majorité de pays européens.

(ats)