02 mai 2006 16:17; Act: 02.05.2006 16:35 Print

La Suisse romande sur le pied de guerre

Plus de 8000 militaires et 2000 véhicules prendront part de lundi à jeudi à un exercice à grande échelle destiné à assurer la sécurité de l'Etat en cas de graves troubles intérieurs.

Une faute?

Des manoeuvres auront lieu dans les cantons de Vaud, Neuchâtel, Fribourg et du Valais.

Selon le scénario de l'exercice, intitulé «Zeus», la région lémanique est confrontée à des attentats, des actes de violence et de sabotage ainsi qu'à des perturbations des voies de communication et des installations de télécommunications. Face à cette menace de type non militaire, les soldats sont appelés à la rescousse par les autorités civiles.

L'armée, conformément aux nouvelles missions qui lui ont été attribuées, doit alors protéger les infrastructures importantes pour garantir la liberté d'action des autorités et assurer la vie publique et privée, selon le commandant des Forces terrestres et commandant de corps Luc Fellay, en charge de l'exercice présenté mardi à Berne. Il s'agit d'une «opération de sûreté sectorielle préventive».

Ce type d'opération consiste à couvrir les risques considérés comme les plus probables actuellement, en Suisse et dans les pays voisins, d'après lui. Quatre bataillons d'infanterie et deux bataillons d'une brigade blindée prendront part à l'exercice, le premier de cette ampleur depuis la restructuration de l'armée.

Même si elle n'utilisera aucune munition, l'armée s'attend à occasionner quelques nuisances lors de ses déplacements. C'est pourquoi elle a mis sur pied une ligne d'appel téléphonique à laquelle la population pourra annoncer d'éventuels dégâts. Numéro: 021/905.04.45

(ats)