Vol de données

29 septembre 2012 13:27; Act: 29.09.2012 15:15 Print

La Suisse sauve sa crédibilité par chance

Sans un coup de chance, la réputation et la crédibilité de la Confédération auraient été durablement ternies par le vol de données au Service de renseignement, admet Ueli Maurer.

Sur ce sujet
Une faute?

Le ministre de la défense assure que la Suisse et ses habitants n'ont guère été menacés dans leur intégrité physique. On ne peut jamais être sûr à 100% qu'on peut empêcher une telle fuite, a déclaré le conseiller fédéral dans une interview parue samedi dans la «Neue Zürcher Zeitung». Et Ueli Maurer d'évoquer les limites de la confiance humaine.

Des mesures ont cependant déjà été prises et des contrôles supplémentaires diligentés à différents niveaux. Il s'agit notamment d'examiner quels supports de données externes ont le droit d'être reliés au système informatique du Service de renseignement, a expliqué le ministre.

Selon le conseiller fédéral UDC zurichois, l'affaire n'aura pas de conséquences disciplinaires. Aucune négligence n'a été commise, selon lui. Le vol est la conséquence d'une activité criminelle du collaborateur interpellé. Et c'est par hasard que l'affaire a été découverte, admet Ueli Maurer sans préciser les détails.

«Des guignols»

Pour la Suisse, l'enjeu était important. Non que les données volées auraient pu mettre en danger le territoire, les infrastructures ou la population suisses, mais, effet collatéral, la remise à des tiers de ces informations secrètes aurait eu des conséquences diplomatiques. Des Etats étrangers auraient en effet pu se sentir menacés en sachant que des données concernant leurs propres services de renseignement auraient pu tomber entre n'importe quelles mains.

«Il y a nos données, mais aussi celles que d'autres pays nous ont transmises», note Yvan Perrin dans une interview publiée samedi par le quotidien «Le Matin». «Si nous ne gérions que nos propres données, les dégâts seraient limités. Nous passerions uniquement pour des guignols», renchérit le conseiller national UDC neuchâtelois.

Là en revanche, les conséquences peuvent être énormes, affirme encore M.Perrin. «Imaginez que les Etats-Unis nous aient fourni des données, ou même des pays voisins! Il faudra de nouveau cinq à dix ans pour qu'on nous fasse confiance», ajoute-t-il.

Données de toute nature

Ueli Maurer n'a pas voulu dire grand chose sur le contenu des données volées, à savoir plusieurs disques durs, en plusieurs étapes et sur plusieurs semaines. Il aurait permis, par déductions, de connaître le fonctionnement de l'Etat suisse. Des attaques concrètes auraient aussi été possibles.

Membre de la Commission de politique de sécurité, Yvan Perrin affirme que les données «sont de toute nature: des numéros, des plans, des informations sur des rendez-vous, des lieux, etc. Quand on travaille sur un plan criminel, on recoupe toutes les informations. Le moindre détail peut avoir une importance déterminante», précise le conseiller national.

Grave affaire d'espionnage

Les données volées étaient susceptibles de mettre en danger la sécurité de la Suisse, selon le procureur général de la Confédération Michael Lauber. Sans donner davantage de précisions sur le contenu des données, le Ministère public, auquel le Département fédéral de la défense a dénoncé le cas le 25 mai, peut imaginer que ces informations avaient une valeur marchande considérable, avait noté jeudi le procureur Carlo Bulletti.

Il s'agit d'une grave affaire d'espionnage économique, selon ce dernier. Le suspect a été arrêté puis placé en détention préventive jusqu'au 5 juillet, a ajouté le procureur. Il s'agit d'un collaborateur du service informatique, qui «avait l'autorisation de manipuler les données».

Le Service de renseignement de la Confédération est chargé d'assurer la sécurité de la Suisse en recueillant et évaluant des informations importantes sur l'étranger. Il exécute aussi des tâches dans le domaine de la sûreté intérieure, notamment de lutte contre le terrorisme, le commerce illicite d'armes ou l'extrémisme violent.

(ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • schowbiz le 30.09.2012 08:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    et les autres

    et pour les vols des donner banquaire, a quand leur procer a ces gens, surtout celui qui a toucher 104millions des USA , lui la tolle sans passer par la case depart ...

  • Jean Dem le 29.09.2012 20:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Euh

    Le brigadier Jeanmaire y a laissé sa peau pour moins que ça. L'histoire se répéte, la grande Muette est toujors aussi peu crédiblr.

  • LaVacheQuiPleure le 29.09.2012 17:28 Report dénoncer ce commentaire

    Encore un fichier sur les citoyens

    Le gouvernement fait de l'obscurantisme, et on veut nous faire croire que la Suisse est une démocratie

Les derniers commentaires

  • schowbiz le 30.09.2012 08:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    et les autres

    et pour les vols des donner banquaire, a quand leur procer a ces gens, surtout celui qui a toucher 104millions des USA , lui la tolle sans passer par la case depart ...

  • Pierre G. le 30.09.2012 07:47 Report dénoncer ce commentaire

    La vraie nature d'un secret

    Le maillon faible est toujours l'être humain. Il y a toujours un superviseur ultime en bout de chaîne et si celui-ci fait défaut alors la sécurité est inexistante. Le seul moyen d'éviter cela est d'avoir des procédures et des dispositifs techniques en place qui ne sont *pas contournables* - par qui que ce soit. Tant que les états se contenteront de demi-mesures, ou d'une marge de manoeuvre inconciliable avec les enjeux, ce genre de probleme adviendra. Et ne pensez pas que la Suisse fasse exception: elle publie ses mésaventures, c'est la seule différence avec les nations réputées "plus sûres".

  • Pierre le 30.09.2012 01:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Guignols & Co

    Guignols & co... Qui peut encore soutenir et/ou défendre cet armée?!?! Service de renseignements ?!?! Service des guignols....

    • Master Socio le 01.10.2012 13:06 Report dénoncer ce commentaire

      Qui peut soutenir nos banques?

      j'aime pas l'armée mais je n'oublie pas Wikileaks aux USA et Bradley Manning toujours en taule.

  • Jean Dem le 29.09.2012 20:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Euh

    Le brigadier Jeanmaire y a laissé sa peau pour moins que ça. L'histoire se répéte, la grande Muette est toujors aussi peu crédiblr.

  • GuyNôle le 29.09.2012 20:06 Report dénoncer ce commentaire

    Mister Bean 007

    Pas très sérieux tout ça... on a un peu l'impression que nos services secrets (?) tiennent plus de Mister Bean que de 007... Et ce n'est pas leur Chef, le terne et mou Ueli Maurer, qui va nous rassurer