Administration

25 avril 2019 16:35; Act: 25.04.2019 16:54 Print

La Ville de Bienne veut plus de cadres romands

Au sein de l'administration municipale, les francophones représentent 40% des employés. Mais au niveau des cadres, ce taux chute à 31%.

storybild

La Ville de Bienne se targue d'être bilingue. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Le Conseil municipal de Bienne veut augmenter la présence des francophones aux postes clés de la ville. D'ici fin 2024, l'administration biennoise devra compter au moins 45% de cadres francophones. Aujourd'hui, ce pourcentage s'élève à 31%.

Au sein de l'administration municipale biennoise, les francophones représentent actuellement 40% de l'ensemble des employés. Mais au niveau des cadres, soit 90 postes ayant une fonction de conduite, ce pourcentage chute à 31% alors que la population biennoise comptait 43% de francophones en 2018.

«Il y a un écart qui ne peut pas être accepté», a souligné jeudi le maire de Bienne Erich Fehr. Pour l'élu, le moment est bien choisi pour agir, la langue française étant en progression dans la plus grande ville bilingue de Suisse. «Depuis huit ans, la proportion de Romands est en hausse», a précisé Erich Fehr.

Répartition linguistique à tous les niveaux

Pour le Conseil municipal, le bilinguisme de la Ville de Bienne ne peut «réellement» exister que s'il y a une répartition linguistique des collaborateurs à tous les niveaux hiérarchiques. Il estime que le fait de maîtriser l'autre langue ne suffit pas: le bilinguisme est le résultat de différences culturelles qui se complètent.

Plusieurs causes expliquent ce taux inférieur de cadres de langue française. L'usage du suisse-allemand comme langue de travail au sein de l'administration reste un obstacle de taille pour tous les francophones qui apprennent l'allemand standard à l'école. Des jeunes francophones biennois quittent aussi la région pour leurs études et ne reviennent pas.

Sélection des candidats

Pour atteindre cet objectif de 45% en 2024, la ville va procéder à des changements dans le processus de recrutement des cadres de manière à susciter plus de candidatures francophones. Elle veut aussi faire en sorte que celles-ci soient mieux prises en compte.

Pour le groupe de travail mis en place par le Conseil municipal, il est clair que si le taux d'engagement de cadres francophones est actuellement bas, c'est que souvent les candidatures intéressantes ne passent pas toutes les étapes du processus d'engagement.

«Si on cherche un ou une francophone, on le ou la trouve», a assuré le vice-chancelier et membre du groupe de travail Julien Steiner. Des mesures peuvent être prises pour favoriser l'engagement de cadres francophones.

Il est par exemple proposé qu'au minimum un francophone siège dans le comité de sélection faisant passer les entretiens. Le texte d'une annonce pourrait aussi être complété par une phrase qui stipule que les candidatures d'une certaine langue seront privilégiées.

Parité hommes-femmes

Dans le même laps de temps, le Conseil municipal a aussi décidé de s'engager en faveur de la parité hommes-femmes parmi les cadres. Actuellement, le taux de femmes cadres s'élève à 40%. La parité devrait être atteinte d'ici fin 2024 et ainsi être représentative de la population.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Chris le 25.04.2019 22:07 Report dénoncer ce commentaire

    Ironie quand tu nous tiens

    1er mai. Journée d'embauche à Pontarlier pour des postes à Bienne. Venez nombreux amis français. Les employeurs suisses vous adorent... enfin, ils adorent vous payez moins que les suisses on s'est bien compris.

  • Annemarie la vrai biennoise le 25.04.2019 19:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    places de travail pour les francophones

    Trés bonne nouvelle,enfin. Je suis biennoise, j'ai 59 ans et j'ai tjr du me battre depuis que j'ai terminé l'école obligatoire. C terrible, pratiquement pas de possibilités de trouver une place d'apprentissage ni d'école professionnelle. Il n'a jamais eu dans les professions de la santé une école francophone et c'est ajd toujours le cas. Depuis 30 ans je suis bilongue et ça m'a ouvert des portes. Mon travail de diplôme c'était sur le bilinguisme.

  • Izet le 25.04.2019 22:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pas si bilingue que ça

    A Bienne ce n'est pas que dans l'administration qu'il faudrait éviter la discrimination des francophones. Vous entrez dans un magasin par exemple et on vous dit rarement bonjour mais plutot Grüsser. Et on vient nous dire que c'est une ville bilingue. Je respecte qu'une personne ne parle pas le français ou l'allemand. Mais il y a des gens parfaitement à l'aise avec les deux langues et aucun acceuil francophone.

Les derniers commentaires

  • lebilinguismeestmort le 26.04.2019 09:46 Report dénoncer ce commentaire

    English please

    Ou alors on pourrait juste arrêter de vouloir atteindre des quotas à tout prix ? Les romands qui ont obtenu leur place de chef au mérite perdront en crédibilité et pour le reste on placera des incompétents à une place qu'ils ne méritent pas. Quand au bilinguisme, il est mort et enterré chez les jeunes, à cause des dialectes de nos voisins germanophones. J'ai fait 3 ans d'école 'bilingue' et je travaille maintenant en suisse alémanique depuis 3 ans, et le constat n'a pas changé: les bourbines préfèrent parler français que bon allemand et les romands répliquent en anglais par dépit.

    • Âne Onyme le 27.04.2019 10:37 Report dénoncer ce commentaire

      Réciproquement

      Pas par dépit mais par facilité. Et si tu parles de bourbines parlent des welschs. Je comprends leur raison de te parler qu'en français vu comme tu les vois. C'est l'effet miroir.

  • Jean Neymar le 26.04.2019 09:36 Report dénoncer ce commentaire

    Politique mathématique

    Parité hommes-femmes, francophones-germanophones, gauche-droite, blond-brun, grand-petit etc .... :-)

  • Un Biennois le 26.04.2019 08:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Biel-Biel(nne)

    Une personne qui peut pas dir plus de 20mots en français n'est pas un romand..... Bienne est connu pour engager que des alémaniques et les romands doivent être parfait bilingue pour avoir une chance d'être engagé. Et on est pas aimé les romans Biennois

  • Pm le 26.04.2019 08:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bonne innitiative

    Pas trop tôt, une des particularités de Bienne est résolument le bilinguisme.

  • Dann le 26.04.2019 07:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Question..

    Est-ce peut-être la raison que l'on trouve plus facilement un romand socialiste ou écolo, qu'un alémanique plutôt de droite... La politique de cette ville est prête à tout..