Triple meurtre de Granges

06 décembre 2011 14:25; Act: 06.12.2011 14:47 Print

La complice sort de prison préventive

La complice des deux principaux accusés du triple meurtre de Granges va sortir de prison préventive. Le Tribunal fédéral l'a ordonné. Elle sera placée sous surveillance jusqu'à son procès, prévu en avril 2012.

Voir le diaporama en grand »
27.01 Les trois accusés du triple meurtre de Granges (SO) ont vu leur peine de prison à perpétuité confirmée en appel. Le tribunal d'arrondissement de Soleure a rendu son jugement lundi. 13.01 Le procès en appel du triple meurtre de Granges (SO), perpétré en juin 2009, débute lundi devant le Tribunal cantonal de Soleure. Les trois prévenus, qui avaient écopé de peines de prison à vie, ont fait appel. Les audiences sont prévues sur cinq jours. Le jugement sera rendu le 27 janvier. 30.04 Les accusés: accompagné d'un policier, Patric S., un ancien sportif professionnel, arrive au tribunal... ... Tout comme Guido S., un homme de 27 ans sans formation. La troisième prévenue, Ruth S., une Suissesse de 51 ans, arrive avec son avocat. Trois personnes avaient été découvertes sans vie le samedi 06.06.09 dans une habitation du centre de Granges (SO). Une des victimes a été abattue. Les deux autres, découvertes avec un sac en plastique sur la tête, ont été étranglées. L'un des corps a été trouvé au rez- de-chaussée de l'immeuble. La mère avait de nombreuses activités et un vaste cercle de contacts. Elle était notamment engagée dans des cercles de dons, dans une organisation appelée «dr Club» («le club») et dans la vente de produits Bios Life. Trois des suspects sont Suisses: une femme de 48 ans ainsi que deux hommes de 32 et 24 ans. Ils habitent le canton d'Argovie. Le quatrième est un Allemand de 36 ans, domicilié dans le canton de Lucerne. Lors des perquisitions menées aux domiciles des suspects, la police a découvert l'arme du crime, d'un calibre de 9 millimètres. Plusieurs autres armes à feu du même ou d'un autre calibre ont été trouvées. Patric Suter au temps des compétitions sportives. Selon le «Blick», des voisins s'étonnaient que l'un des complices puisse louer une maison à 2500 francs par mois avec un salaire d'agent de sécurité. Les portes de son domicile sont aujourd'hui sous scellés.

Sur ce sujet
Une faute?

La femme a déjà passé deux ans et demi en détention préventive. Pour le TF, c'est la peine à laquelle elle sera probablement condamnée et elle doit donc être libérée jusqu'au procès, a indiqué mardi son avocat Daniel Walder sur Radio 1.

La Cour suprême soleuroise dispose de deux moyens pour s'assurer que la prévenue ne s'enfuie pas et qu'elle sera présente à son procès: le bracelet électronique et l'obligation de se présenter régulièrement aux autorités. Son passeport lui sera retiré.

La femme est accusée d'avoir commandité le cambriolage. Elle a avoué l'avoir planifié avec ses deux complices. Ceux-ci ont aussi reconnu les faits. Elle conteste par contre leur avoir demandé de tuer les occupants de l'appartement qui devait être cambriolé.

Une dette de 20'000 francs est à l'origine de toute l'affaire. Les deux meurtriers présumés devaient cette somme à la commanditaire, selon le procureur. Elle leur a réclamé l'argent au printemps 2009. C'est là qu'elle a planifié le cambriolage.

Le 5 juin 2009, les deux meurtriers présumés âgés de 26 et 34 ans ont cambriolé l'appartement d'un couple impliqué dans des cercles de dons. Ils ont tué l'épouse (55 ans), le mari (60 ans) et leur fille (35 ans). Le butin s'est élevé à 5000 francs.

(ats)