Suisse

20 juin 2019 12:57; Act: 20.06.2019 12:57 Print

La consommation d'énergie a baissé de 2,2%

Le recul de la consommation d'énergie enregistré en Suisse en 2018 s'explique surtout par des conditions météorologiques plus clémentes.

storybild

Les degrés-jours de chauffage, l'indicateur-clé de la consommation d'énergie pour le chauffage, ont chuté de 10,6%, grâce à des températures relativement douces en 2018. (Photo: Keystone)

Une faute?

La consommation énergétique en Suisse a connu une baisse de 2,2% en 2018 par rapport à l'année précédente. Ce recul est avant tout dû à la clémence des températures.

Les degrés-jours de chauffage, l'indicateur-clé de la consommation d'énergie pour le chauffage, ont chuté de 10,6%, explique jeudi l'Office fédéral de l'énergie dans un communiqué.

Similairement, les sources d'énergie utilisées pour le chauffage ont connu une baisse: la consommation d'huile de chauffage extra-légère a chuté de 10,1%, celle de gaz naturel de 5,6% et celle d'électricité de 1,4%. Ces trois agents énergétiques représentent plus de la moitié de la consommation d'énergie, précise l'OFEN.

En raison des conditions météorologiques plus clémentes, les énergies renouvelables utilisées pour le chauffage ont aussi enregistré une baisse: -6,3% pour le bois-énergie, -1,8% pour les pompes à chaleur et -2,1% pour le chauffage à distance. Le chauffage via l'énergie solaire a, en revanche, enregistré une hausse de 2%.

Plus de résidents et de véhicules

D'un autre côté, la population résidante permanente a augmenté de 0,7%, de même que le produit intérieur brut ( 2,5%) et le parc de véhicules à moteur ( 1%). Ces facteurs déterminent à long terme l'augmentation de la consommation d'énergie, relève l'OFEN.

La consommation de carburant a, elle aussi, enregistré une hausse ( 1,4%). C'est dans le domaine des carburants d'aviation qu'elle a été la plus forte ( 5,7%). Il s'agit de l'augmentation la plus marquée en valeur absolue parmi les agents énergétiques, précise l'OFEN. En tout, les carburants fossiles représentent plus d'un tiers (35,4%) de la consommation d'énergie totale.

(nxp/ats)