Suisse

15 juillet 2019 17:34; Act: 15.07.2019 17:42 Print

La corruption accroît le risque de blanchiment ici

Il existe en Suisse un risque accru de blanchiment d'argent en lien avec la corruption internationale, selon un rapport de la Confédération.

storybild

Photo d'illustration. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Le Groupe interdépartemental de coordination sur la lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme (GCBF), publie ce lundi un rapport par le Secrétariat d'Etat aux affaires financières internationales (SFI).

En 2017, plus de 23% des communications reçues par le Bureau de communication en matière de blanchiment d'argent (MROS) portaient sur des soupçons de blanchiment d'argent associés à des faits de corruption. Entre 2008 et 2010, ce taux était inférieur à 10%.

Une telle croissance témoigne notamment d'une meilleure identification des soupçons de blanchiment de la part des intermédiaires financiers, mais aussi des répercussions en Suisse de plusieurs affaires internationales de corruption, relève le rapport. Elle illustre également la «menace importante» de blanchiment que la corruption constitue pour la place financière helvétique.

Souvent en Amérique latine

La menace provient essentiellement de la corruption active et surtout passive d'agents publics étrangers. Sur les dix dernières années, l'Amérique latine est la région dans laquelle ont été principalement commis les faits de corruption dont les criminels ont tenté de blanchir les revenus en Suisse.

Ceux-ci ont fréquemment recours à une, ou plus souvent plusieurs personnes morales, parmi lesquelles les sociétés de domicile sont majoritaires. Celles-ci sont le plus souvent enregistrées en Amérique centrale et dans les Caraïbes.

Les avoirs liés à des faits de corruption à l'étranger sont rarement placés immédiatement sur des comptes bancaires suisses. Ils y sont le plus souvent transférés après avoir été préalablement introduits dans le système financier légal dans d'autres juridictions et avant d'être déplacés vers des comptes ouverts dans d'autres pays. «Cela rend l'identification de ces fonds très difficile», relèvent les experts.

Arsenal efficace

A ce titre, les médias jouent un rôle important dans l'identification de ces activités criminelles. Des articles de presse sont souvent des éléments à l'origine des soupçons de blanchiment.

La Suisse est toutefois sur la bonne voie et ce risque élevé est bien maîtrisé, note le rapport. «La réponse pénale apportée par les autorités judiciaires helvétiques est adéquate et a conduit à plusieurs condamnations».

La Suisse possède un arsenal législatif et institutionnel efficace pour lutter contre le blanchiment dont l'infraction préalable est la corruption. Ce dispositif continue en outre d'être renforcé par de nouvelles lois et des projets législatifs en cours d'adoption.

OCDE pas entièrement satisfaite

Dans son dernier rapport, en 2018, l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) note également que la Suisse poursuit plus activement la corruption internationale. Elle a constaté une augmentation significative du nombre de poursuites et de condamnations pour ce délit depuis 2011.

L'organisation relève cependant que la Suisse peut encore mieux faire et doit accentuer ses efforts de répression de l'infraction de corruption transnationale. L'action répressive des autorités doit également être rendue plus prévisible et transparente.

L'OCDE a par ailleurs regretté l'absence d'un cadre légal et institutionnel visant à la protection des lanceurs d?alerte dans le secteur privé. Elle appelle à une réforme rapide en la matière.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Nettoyage express le 15.07.2019 19:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Noir c'est noir

    Du blabla tout ça ! Si la corruption internationale blanchit la corruption nationale lave plus blanc aussi. En Suisse tout est bon pour poursuivre celui qui doit quelques centaines de francs car ses moyens de défense sont limités. Mais les gros poissons sont rarement inquiétés car ils savent où distribuer des pots de vin et s'offrir de bons systèmes de défense pour ainsi être bien peu inquiétés par le soi-disant « arsenal législatif et institutionnel »

  • Jean Valjean le 15.07.2019 22:01 Report dénoncer ce commentaire

    Rien ne change

    La justice courre après les pauvres !

  • Daniel le 15.07.2019 19:28 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Passivité, signe de complicité

    Dick Marty a déjà passablement oeuvré sur le sujet et sa voix a dépassé les frontières. Mais que font donc les autres personnages sensés faire autorité dans ce pays?

Les derniers commentaires

  • dede le 16.07.2019 07:15 Report dénoncer ce commentaire

    pas qu'internationale

    la corruption , seulement internationale ? Faudrait deja regarder en interne, on aurait deja bien a faire... Mais chut, on est 1 pays capitaliste...

  • Invisible, car tellement gros... le 16.07.2019 01:12 Report dénoncer ce commentaire

    Cols blancs, conscience noire.

    Contrairement à ce que laisse croire l'article, les intermédiaires financiers (notaires, fiduciaires, avocats d'affaires,..), en CH, ne sont soumis à aucune obligation d'informer. Après la crise de 2008, tous les pays ont immédiatement durci les règles de transparence des banquiers ET des intermédiaires, sauf la Suisse, qui n'a légiféré qu'au sujet des banquiers sous la pression internationale, et ceci seulement 4 ou 5 ans plus tard. Les mafias continuent d'être bienvenues au pays de Heidi !...

  • m'expliquer le 15.07.2019 23:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    les délinquants...

    cette fois-ci sont des étrangers ou des suisses ?

    • M'boula Shmaid le 16.07.2019 01:25 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @m'expliquer

      Des Suisses

  • Jme Demande le 15.07.2019 22:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Sucre en poudre?..

    parce que les jeunes cinquantenaires qui subitement investissent des dizaines de millions pour sauver par exemple des stations de ski ne blanchissent pas aussi du sucre en poudre en flocons de neige ?....

  • volontaire le 15.07.2019 22:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    corruption svp

    J'aimerais bien être corrompu. Comment s'y prendre ?