Formation

09 décembre 2008 22:45; Act: 09.12.2008 19:42 Print

La crise touche les élèves des écoles hôtelières

par Camille-Angelo Aglione - Contrats annulés, destinations «bloquées», secteurs verrouillés, les étudiants de l’hôtellerie subissent les effets de la crise.

Une faute?

Fin d’année difficile pour les étudiants de l’Ecole hôtelière de Lausanne (EHL). Un plan d’études très chargé, à cause du passage au calendrier de Bologne. Mais surtout beaucoup d’inquiétude face au marché de l’emploi. Contraints d’effectuer deux stages dans leur cursus, les étudiants assistent à une réduction drastique des places disponibles.

«Nous avons envoyé un e-mail à tous nos étudiants pour les informer de la situation et les sensibiliser», explique Bertrand Willy, directeur des stages à l’EHL. Pas de panique cependant: «La situation actuelle est passagère, et les étudiants de l’école ont une formation très complète qui leur permet de se réorienter sur des secteurs moins touchés», déclare le responsable de la communication interne.

Même constat dans les autres écoles hôtelières du pays, comme à Genève: «Celui qui cherche trouve, même si cette année, c’est effectivement un peu plus dur», nuance Suzanne Brunier, responsable des stages. A l’EHL, on trouve même un effet pédagogique à la crise: «Cela force les étudiants à réfléchir pour trouver des opportunités nouvelles», explique Bertrand Willy. Choisir des secteurs qui résistent mieux, ou renoncer à certains marchés, comme l’Irlande, les Etats-Unis ou Londres. Et réviser naturellement, en vue des examens qui approchent.