Suisse

02 avril 2019 12:45; Act: 02.04.2019 13:08 Print

La flavescence dorée fait de la résistance

La flavescence dorée, une maladie grave de la vigne transmise par un insecte, s'accroche malgré les mesures de lutte, dans le canton de Vaud et au Tessin notamment.

storybild

Le seul foyer valaisan a pu être éradiqué. (Photo: Keystone/Photo d'archives)

Une faute?

Aucun nouveau cas de flavescence dorée n'a été détecté en Valais depuis deux ans, ce qui permet au canton de cesser la lutte obligatoire. En Lavaux (VD), plusieurs foyers ne sont par contre pas encore sous contrôle alors qu'au Tessin, les viticulteurs vont devoir cohabiter avec cette maladie du vignoble.

Dans le canton de Vaud, cette maladie grave de la vigne transmise par un insecte est toujours présente. A St-Saphorin et Chardonne, la situation s'est même aggravée en 2018. Au total, ce sont 440 hectares qui restent soumis à la lutte obligatoire, indique mardi Agroscope. Du côté des bonnes nouvelles, le foyer de Villeneuve repéré en 2016 a lui été éradiqué et la situation à la Tour-de-Peilz est en bonne voie.

Toujours au rayon des nouvelles réjouissantes, le seul foyer valaisan a pu être éradiqué. Le vignoble cantonal peut donc être considéré comme exempt et la lutte abandonnée dès cette année. La surveillance du service phytosanitaire ainsi que les mesures aux pépinières restent cependant d'actualité.

Dur, dur au Tessin

La situation est par contre toute autre du côté du Tessin. La flavescence dorée (FD) s'accroche malgré les mesures de lutte appliquées depuis 14 ans. Une tendance qu'Agroscope explique par l'épidémiologie plus complexe de la maladie au sud des Alpes.

S'il estime la méthode de lutte «efficace», l'institut souligne que d'autres insectes vecteurs et d'autres plantes hôtes de la FD ont été détectés. D'entente avec les autorités fédérales, le canton a donc pris la décision de suspendre les traitements pendant deux ans, à l'exception des pépinières viticoles.

Les nouveaux cas devront cependant toujours être annoncés et les ceps contaminés détruits. Un plan de surveillance a par ailleurs été élaboré en parallèle.

Eau chaude

Le canton recommande aux pépiniéristes viticoles de traiter à l'eau chaude leur matériel comme les greffons ou les plants et traiter leurs parcelles avec un insecticide deux fois par an. La thermothérapie reste à ce jour le seul moyen de lutte directe contre le phytoplasme, soit l'agent causal de la FD.

(nxp/ats)