Suisse

22 août 2014 11:32; Act: 22.08.2014 12:01 Print

La flore menacée par des ravageurs étrangers

L'arrivée en Suisse d'insectes herbivores d'autres contrées perturbe les stratégies naturelles de défense des plantes reposant sur l'émission d'odeurs, selon une étude.

Sur ce sujet
Une faute?

Lorsqu'ils sont attaqués par des insectes herbivores, les végétaux produisent des substances volatiles pour attirer les ennemis des herbivores. Ils établissent ainsi une stratégie de défense indirecte et naturelle, a expliqué vendredi l'Université de Neuchâtel qui a participé à l'étude «InvaVOL».

Mais l'arrivée de ravageurs exotiques bouleverse ce système. Les herbivores, quelles que soient leurs origines, provoquent chez la plante l'émission d'un signal olfactif de détresse. Celui-ci attire alors des guêpes parasitoïdes supposées pondre les oeufs dans l'insecte destructeur.

Défense du végétal

L'étude soutenue durant trois ans par l'European Research Council note que les herbivores étrangers ne sont souvent pas compatibles pour accueillir ces oeufs. Lorsque la plante est à la fois attaquée par une chenille étrangère et une chenille hôte locale, les guêpes ne la reconnaissent plus comme étant victime d'un ravageur se prêtant à la déposition de leurs oeufs.

Ce phénomène contribue à diminuer l'efficacité de la défense du végétal. Les résultats de l'étude ont été obtenus après examen des effets de 17 espèces d'herbivores exotiques et indigènes, ainsi que du comportement de près de 10'000 guêpes en réponse aux odeurs des plantes induites par ces herbivores.

(ats)