Meurtre de Lucie

28 mai 2010 15:14; Act: 28.05.2010 15:20 Print

La justice argovienne se réorganise

Suite au meurtre de Lucie, le canton d'Argovie réorganise son autorité d'exécution des peines et l'encadrement des détenus en liberté conditionnelle.

Voir le diaporama en grand »
21.01 La plainte déposée dans le cadre du meurtre de Lucie contre trois membres de l'autorité d'exécution des peines du canton d'Argovie a été classée. Croquis de Daniel H. au procès. Les journalistes et les badauds se pressent sur le lieu du procès de Daniel H., qui se tient à huis clos mardi à Untersiggenthal(AG). Daniel H. est arrivé à la salle d'audience vers 7h20, dans une camionnette blanche. Nicole, la mère de Lucie, arrive au procès... ...ainsi que Roland, le père de la victime. Un avocat de la famille de Lucie. La femme chez qui Lucie était jeune fille au pair a déclaré que le procès était un moment de vive émotion. Le président de la Cour Peter Rüegg. 23.02 En mars 2009, Sabina* a rencontré Daniel H. Deux jours après, il assassinait la jeune Fribourgeoise Lucie. Vive émotion à l'apparition de cercueil dans lequel repose Lucie Trezzini. Mgr Bernard Genoud accueille la famille de Lucie sur le parvis de l'église Christ-Roi de Fribourg. Mgr Bernard Genoud a parlé d'«une vie brisée alors qu'elle commençait à s'épanouir». Près de 1500 personnes ont assisté aux funérailles de Lucie Trezzini. De nombreux adolescents n'ont pu contenir leurs larmes. De nombreux anonymes ont assisté, de l'extérieur de l'église, aux funérailles de la jeune Lucie. La foule s'est déplacée en nombre pour rendre un dernier hommage à Lucie le 16 mars 2009 à l'église Christ-Roi de Fribourg. Mgr Genoud, ami de la famille, préside la cérémonie funèbre. Le deuil se mêle à la colère. Sur le mur de la maison de Daniel H. on peut lire: «Toi fils de p...» Gabriella, amie de Lucie, a failli être prise également au piège. «Elle m'a appelée peu avant et m'a parlé d'une offre alléchante», confie-t-elle. L'ex-petit ami de Lucie, Anthony Minning: «J'aimerais savoir exactement ce qui s'est passé. Peut-être que cela m'aiderait à comprendre, à m'habituer à cette réalité traumatisante que je ne peux accepter pour le moment.» Dani H., le meurtrier présumé (Photo: TeleZüri). André Leimgruber, le chef du meurtrier présumé Daniel H., est profondément choqué par cette brutale nouvelle. Daniel H. a travaillé dans cette cuisine jusqu'au 19 février. Comme il devait être irréprochable au travail et qu'il avait des problèmes de drogue, il ne s'est plus présenté dès cette date. Le 9 mars, la nouvelle du décès tombe: la police a retrouvé Lucie en Argovie dans un appartement de Rieden près de Baden. «Lucie Trezzini: 165cm, de stature mince», ainsi la décrivait la police dans son avis de recherche. Lucie travaillait en tant que jeune fille au pair à Pfäffikon. Elle a disparu le 4 mars 2009. D'habitude, Lucie ne rentrait pas après 22h. Ce jour-là, elle n'est jamais rentrée. Sa famille d'accueil a tenté de l'appeler sur son mobile dès 23h30. Elle lui a écrit plusieurs SMS. Sans réponse. Vers minuit, la famille d'accueil appelle la police. Le dernier signe de vie de Lucie: un appel à une amie vers 18h. La police localise l'appel à Baden, derrière la gare. Ensuite, elle perd sa trace... A son amie, Lucie raconte qu'elle a été accostée par un inconnu qui lui propose une séance de photos. Les parents de Lucie entament des recherches avec des amis à Baden, Fribourg et Zurich. Un groupe Facebook se constitue: plus de 40'000 personnes rejoignent le groupe en peu de temps. Les enquêteurs ont découvert dans cette maison de Rieden (AG) le corps sans vie de Lucie dans la salle de bains.

Sur ce sujet
Une faute?

Ce dernier sera intégré à l'administration. Avec 14 postes supplémentaires, les deux structures collaboreront plus étroitement.

Une enquête administrative externe avait révélé en septembre 2009 des failles dans l'organisation, le déroulement et les effectifs de ces deux secteurs. En mars de la même année, un ancien détenu sorti de prison six mois auparavant a tué la jeune fille au pair fribourgeoise de 16 ans dans son appartement de Rieden (AG).

Agé alors de 25 ans, le meurtrier avait bénéficié en août 2008 d'une libération conditionnelle, une semaine avant la fin de sa peine. Jusqu'à présent, l'encadrement des détenus libérés de manière conditionnelle était assuré par une association mandatée par le canton. Il devient désormais une tâche de l'Etat.

Les échanges d'information entre l'autorité d'exécution des peines et le service d'encadrement des détenus en liberté conditionnelle seront ainsi plus étroits, a promis vendredi face aux médias le ministre argovien de l'intérieur Urs Hofmann (PS).

Meilleure gestion des risques

Les deux domaines seront regroupés au sein de la même section administrative dès janvier prochain. La réorganisation sera achevée d'ici à la fin 2011. Dans la nouvelle section, une équipe spécialisée s'occupera en outre des cas complexes pour améliorer la gestion des risques.

La refonte passera par l'engagement de personnel supplémentaire dans les deux domaines visés. Au total, 17 nouveaux postes sont créés, dont trois figurent déjà au budget 2010. L'engagement des collaborateurs supplémentaires se base sur les conclusions du rapport d'enquête administrative de l'automne dernier.

Plainte de la famille

Les parents de l'adolescente tuée en mars 2009 ont déposé plainte en janvier dernier contre l'autorité argovienne d'exécution des peines pour homicide par négligence. Un juge d'instruction extraordinaire a été chargé de la traiter.

Selon la famille de la victime, des fonctionnaires ont peut-être commis des actes ou négligé des faits qui seraient à l'origine du meurtre de Lucie. Selon l'enquête administrative, il n'en est rien.

L'autorité d'exécution des peines était toutefois au courant des problèmes de toxicomanie du meurtrier. Ce dernier avait été condamné en 2004 à 4 ans de réclusion pour un crime violent.

Le 4 mars 2009, le jeune homme âgé alors de 25 ans a interpelé à Zurich l'adolescente de 16 ans qui travaillait dans une famille schwytzoise. Il l'a invitée chez lui sous un faux prétexte avant de la tuer dans son appartement.

(ap)