Genevois arrêté au Maroc

09 janvier 2019 09:44; Act: 09.01.2019 17:27 Print

«Tout ce qu'ils disent de lui est un mensonge»

La maman du Genevois arrêté au Maroc après l'assassinat de deux jeunes Scandinaves a nié toute implication de son fils dans ce meurtre atroce.

storybild

Les deux jeunes femmes avaient été retrouvées assassinées, sur un site isolé où elles avaient planté la tente pour la nuit. L'une d'elles avait été décapitée. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Souvenez-vous: un Suisse de 25 ans a été arrêté fin décembre au Maroc dans le cadre de l'enquête sur l'assassinat, peu avant Noël, de deux touristes scandinaves. L'homme était un Genevois de Versoix soupçonné de s'être radicalisé. Il avait un casier judiciaire dans le canton de Genève pour divers méfaits commis entre 2007 et 2013. Mais sa mère nie toute implication de son fils dans l'atroce meurtre.

«Tout ce qu'ils disent de lui est un mensonge», a-t-elle déclaré au journal espagnol El Mundo. «C'est impossible, Kevin, sa femme et mon petit-fils sont venus en Suisse le 15 décembre et y sont restés jusqu'au 19 décembre», explique-t-elle. «Ils voulaient renouveler des papiers pour qu'ils puissent continuer à venir en Europe et retourner immédiatement au Maroc, continue-t-elle. Or les meurtres ont eu lieu le 17», souligne-t-elle.

«Mauvaise jeunesse»

L'homme avait quitté la Suisse pour s'installer au Maroc en 2015, selon Fedpol. Il avait été condamné pour infraction à la loi sur les stupéfiants, vol, cambriolage, dommages à la propriété, agression et violence conjugale. Mais selon le site marocain le360, il avait aussi projeté de s'attaquer à une bijouterie à Genève «pour financer son équipée djihadiste et octroyer le reste de son butin au groupe djihadiste Etat islamique (EI)».

«C'est un jeune homme qui a eu une mauvaise jeunesse. Il a perdu son père à 15 ans», confie sa mère. Il se serait radicalisé dans une prison pour mineurs, selon ses dires. «Il a dit que grâce au Coran, il a compris toutes ses erreurs. Il s'est converti à l'islam et a prié tous les jours, demandant pardon pour la folie qu'il avait faite.» Selon un ami cité par le quotidien espagnol, il souffrait de problèmes psychiques et touchait une rente AI à 50% au moment de son départ de la Suisse.

Piste islamique

Le Maroc soupçonne le jeune homme, qui a la double nationalité helvético-espagnole, «d'être imprégné de l'idéologie extrémiste». L'enquête révèle son «adhésion à des opérations de recrutement et d'embrigadement de citoyens marocains et subsahariens pour exécuter des plans terroristes au Maroc», avait précisé l'unité en charge de la lutte antiterroriste. Il aurait entraîné certaines personnes interpellées dans cette affaire aux nouvelles technologies de communication et au tir.

Pour rappel, les autorités marocaines ont interpellé au total une vingtaine de personnes pour leurs liens présumés avec le double homicide, qualifié de «terroriste» par Rabat. Les deux victimes, une Norvégienne et une Danoise, étaient deux amies parties ensemble pour un mois de vacances au Maroc. Leurs corps avaient été découverts dans un site isolé où elles avaient planté une tente pour la nuit. L'une d'elles avait été décapitée.

(cht)