Suisse

10 septembre 2018 08:32; Act: 10.09.2018 08:37 Print

La pilule aurait tué 17 femmes depuis 1990

De récents chiffres montrent que les effets secondaires indésirables de ce moyen de contraception ont augmenté au fil des dernières années.

storybild

(Photo: Keystone/Gaetan Bally)

Sur ce sujet
Une faute?

Il y a plus de dix ans, l'affaire Céline avait lancé le débat en Suisse autour des risques de la pilule contraceptive. Début 2008, l'ado de 16 ans avait subi une embolie pulmonaire, quatre semaines après avoir commencé à prendre le comprimé Yasmin. Son cerveau avait alors été gravement endommagé. Partiellement paralysée, Céline restera handicapée à vie, prisonnière de son corps.

Swissmedic enregistre depuis 1990 les cas d'effets secondaires indésirables survenus suite à la prise de la pilule contraceptive. Depuis l'affaire Céline, les signalements ont augmenté, notamment parce que les gens sont plus attentifs à la problématique.

Facteurs à risque

Au total, 17 embolies pulmonaires mortelles ont été enregistrées depuis 1990, écrit dimanche la «Zentralschweiz am Sonntag». La dernière remonte à octobre 2015. Les femmes décédées avaient entre 17 et 49 ans. Plusieurs d'entre elles présentaient au moins un facteur de risque de thromboembolie veineuse (TEV). Parmi ces facteurs figurent le surpoids, l'âge, les antécédents familiaux de thrombose, les vols longs courriers, les trajets prolongés en voiture et la parésie des membres inférieurs.

Selon Bruno Imthurn, de l'Hôpital universitaire de Zurich, il est important que la pilule contraceptive soit uniquement préscrite aux femmes sans facteurs à risque. Toutes femmes devraient par ailleurs être informées que ce moyen de contraception est un médicament.

(ofu)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Maxi le 10.09.2018 09:25 Report dénoncer ce commentaire

    Mais encore ?

    Mais les études ne parlent pas forcément des liens éventuels avec l'augmentation de cancers... Et ça, ces demoiselles aimeraient une fois connaître LA VERITE, chère industrie pharmaceutique. Merci.

  • Philippe le 10.09.2018 10:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Arrêtons le massacre

    Mon épouse qui était déjà sensible aux hormones (règles douloureuses, migraines...) a reçu la pilule comme on reçoit un bonbon. Aucune prise de sang, aucune prise en compte de son tableau clinique. À lâge de 28 ans lui a été un cancer du sein dorigine hormonale. Le pire cest que lors de la première consultation sa gynécologue na pas même pris le temps de faire une échographie. Six mois plus tard le cancer avait progressé dans les ganglions lymphatiques. Honte a ces médecins qui prescrivent sans mesurer les risques

  • MaxQZ le 10.09.2018 10:01 Report dénoncer ce commentaire

    Chimie

    Qui continue de pensez que la chimie vous veux du bien ? Le profit est plus précieux que votre vie.

Les derniers commentaires

  • Trump le 11.09.2018 21:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    faites

    Des gosses les lointain se gêne pas eux...

  • Mavitalité le 10.09.2018 21:49 Report dénoncer ce commentaire

    Madame

    On ne parle pas de toutes les femmes qui déclarent des cancers du sein hormono-dépendants liés (entre autres) à l'usage prolongé de la pilule contraceptive. Pour information les traitements de la ménopause et la pilule sont classés par le CIRC (Centre International de Recherche sur le Cancer) dans le groupe 1, celui des produits cancérogènes certain. Malheureusement des données scientifiques falsifiées ont plaidé en faveur d'une non dangerosité (Voire l'étude WHI, l'affaire Eric Poehlman, le procès contre Wyeth au sujet du THS, traitement hormonal substitutif de la ménopause etc.).

  • Une Rescapée le 10.09.2018 20:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Elle a failli ....

    Il y a 15 ans, mon ancienne gynécologue mavait prescrit la Diane 35 sans aucun avertissement sur les effets secondaires. Elle mavait dit, vu que vous avez un peu dacné, je vous donne de la Diane 35. 2 mois après, je finis aux urgences avec une double embolie pulmonaire. Je ne fume pas, je suis sportive et je nai aucun souci de veines. Heureusement, je nai eu aucune séquelle mais cela aurait pu être dramatique. Depuis cet épisode, jai banni la pilule.

  • Suzy le 10.09.2018 15:19 Report dénoncer ce commentaire

    la pilule est dangereuse, oui mais...

    La pilule n'est pas sans risque pour celles qui la prennent. Le corps évacue une partie de ces hormones par les urines, ces hormones-là finissent dans l'eau de nos lacs etc et causent des problèmes - les filtres ne les arrêtent pas. Mais, QUE faire si on a des règles super abondantes? C'est bien de dire: "Faites attention, c'est dangereux!" C'est mieux encore de proposer une alternative...

  • luku le 10.09.2018 12:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    et alors

    et dans le même temps combien d'avortements n'ont pas eu lieu grâce à la pilule ?