Conseil fédéral

10 décembre 2015 12:50; Act: 10.12.2015 13:04 Print

La presse locale déplore l'absence d'un Tessinois

Les quotidiens régionaux se plaignent jeudi dans leur commentaire de l'absence d'un Tessinois au gouvernement.

storybild

(Photo: Keystone/ARCHIVES - PHOTO D'ILLUSTRATION)

Une faute?

Et la situation ne semble pas près de changer avec la présence actuelle de trois représentants romands, relèvent les médias tessinois.

Avec l'élection d'un conseiller fédéral UDC, le pays revient à la «normalité» et au principe de concordance, huit ans après la «manoeuvre anti-Blocher», écrit le «Corriere del Ticino». La volonté de stabilité l'a emporté, analyse de son côté le «Giornale del Popolo».

Il faut néanmoins espérer que l'image de Guy Parmelin dépeinte par la presse romande ne se confirme pas durant sa période de législature, souligne le «Corriere». Surtout que pour le canton du Sud des Alpes, le choix d'un Vaudois signifie une défaite.

La Suisse italienne devra enterrer ses ambitions gouvernementales jusqu'au départ d'un des Romands, arguent les deux quotidiens. En effet, les Alémaniques ne renonceront pas à un siège supplémentaire au profit du Tessin, raisonne le «Giornale del Popolo».

«Clause d'inclusion»

Le «Corriere del Ticino» regrette également que la clause d'exclusion de l'UDC ait beaucoup fait parler d'elle, mais que peu de voix aient en revanche avancé une «clause d'inclusion» pour le Tessin. Or dans un pays fédéral l'exclusion d'une région linguistique de l'exécutif, qui dure depuis 16 ans, n'est «pas une bonne chose», constate le journal.

L'absence du Tessin au Conseil fédéral est «frustrante», lui fait encore écho le «Giornale del Popolo». Le droit de parole échappe ainsi au canton italophone sur des dossiers compliqués comme la question des frontaliers et des conventions fiscales avec l'Italie. Et d'espérer que les deux présidents tessinois de groupes parlementaires - Ignazio Cassis pour le PLR et Filippo Lombardi pour le PDC - puissent faire prévaloir les intérêts de leur canton à Berne.

Pour «La Regione» et le «Giornale», l'Assemblée fédérale s'est prononcée contre Thomas Aeschi et pour Guy Parmelin, car le premier était vu comme l'élève de Christoph Blocher. Tandis que Norman Gobbi n'a pas su se distancer de ses racines léguistes.

Pourtant, argumente La Regione, le conseiller d'Etat tessinois s'est présenté bien préparé aux auditions. Le chemin qui mène au Conseil fédéral est aussi escarpé que la montée au Gothard pour un Tessinois, conclut le quotidien.

(nxp/ats)