Fribourg

25 février 2019 10:09; Act: 25.02.2019 11:12 Print

La prostitution a trouvé une certaine stabilité

Le canton attribue la stabilisation à l'action de sensibilisation aux nuisances causées par la fréquentation des lieux de prostitution.

storybild

Fin 2018, le canton de Fribourg comptait 31 salons de prostitution. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

L'année 2018 s'est révélée «calme» en ce qui concerne l'exercice de la prostitution dans le canton de Fribourg. Aucune procédure n'a été ouverte pour incitation à la prostitution, pas davantage de cas de traite des êtres humains décelé.

Le rapport annuel de la Commission consultative dans le domaine de la prostitution, publié lundi par l'État de Fribourg, fait aussi ressortir «une certaine stabilisation de la situation à la Grand-Fontaine à Fribourg en termes de nuisances». La rue de la Grand-Fontaine est emblématique de la prostitution dans le canton.

La stabilisation résulte de l'action de sensibilisation aux nuisances causées par la fréquentation des lieux de prostitution et au respect du voisinage, organisée par l'association des habitants de la Grand-Fontaine, avec le soutien de la Ville de Fribourg. Le travail est complémentaire aux mesures prises par les autorités.

Activité intense

Globalement, l'évolution de la prostitution l'an dernier dans le canton reflète «l'intense travail de contrôle et de prévention déployé sur le terrain tout au long de l'année par les services de l'État et les partenaires».

En matière de contrôle, la Police cantonale a procédé à 340 visites d'appartements et salons de prostitution, soit 100 de plus qu'en 2017, et 700 contrôles de travailleuses du sexe (inchangé). Elle a établi par ailleurs une quinzaine de contacts avec des personnes exerçant la prostitution via internet, la moitié par rapport à 2017.

À la fin de 2018, le canton comptait 31 salons de prostitution, soit quatre de plus qu'une année auparavant, précise le communiqué de l'État de Fribourg. Les deux tiers sont situés en ville de Fribourg.

Prévention

En matière de prévention, l'association Fri-Santé a continué son activité de terrain, par ses permanences deux après-midi par semaine (802 contacts, contre 873 en 2017) et dans son bus de prévention présent à la Grand-Fontaine un soir par semaine (1205 contacts, contre 1226 en 2017). Elle opère à travers son programme Grisélidis.

Fri-Santé a également effectué 153 visites dans des salons, contre 117 en 2017. En outre, plusieurs séances de dépistage gratuit du VIH/syphilis ont été proposées aux travailleuses du sexe.

Le Centre fribourgeois de santé sexuelle, rattaché au Service du médecin cantonal, est par ailleurs en contact régulier avec les personnes exerçant la prostitution et qui visitent ses locaux pour une consultation médicale ou un entretien avec une conseillère en santé sexuelle.

Quant au Centre LAVI Solidarité Femmes, il a pris en charge quatre personnes, victimes ou proches de victimes, en lien avec le milieu de la prostitution. Le rapport annuel de la Commission consultative dans le domaine de la prostitution a été adopté mercredi par le Conseil d'État.

(nxp/ats)