Sécurité

10 mai 2012 15:24; Act: 10.05.2012 15:38 Print

La protection des données freine la police

La police est de plus en plus entravée par les dispositions sur la protection des données.

storybild

Le travail d'enquête est freiné par les garanties sur la protection des données. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Selon la Fédération suisse des fonctionnaires de police (FSFP), ces mesures servent toujours plus à la protection des auteurs de délits.

Le secrétaire général du syndicat policier Max Hofmann fait part de ses doléances dans la dernière édition du journal «police» en vue de la prochaine assemblée des délégués de la FSFP prévue les 21-22 juin à Lugano (TI).

Prévenus victimes

Avec le nouveau code de procédure, il devient évident que la protection des auteurs de délits prend «une proportion extrêmement grande». Le syndicat se demande si les prévenus ne deviennent pas à leur tour des victimes et si les véritables victimes et leur famille ne sont pas lésées.

Max Hofmann cite comme exemple la décision du Conseil fédéral de ne pas utiliser le Système d'information relatif aux documents d'identité (ISA) à des fins de recherche de police. La police n'a plus la possibilité de visionner la photo du détenteur du passeport ou de la carte d'identité.

«On voulait à tout prix le passeport biométrique et on a concédé des contreparties politiques pour l'obtenir», selon M. Hofmann. Mais aujourd'hui, le travail d'enquête sérieux est entravé par ces garanties sur la protection des données et la sécurité s'en ressent, conclut-il.

(ats)