Billag

21 février 2017 17:05; Act: 21.02.2017 17:34 Print

La redevance radio-TV ne devrait pas disparaître

La commission des télécommunications des Etats fait valoir que la taxe permet de garantir un service public de qualité.

storybild

Le Conseil des Etats se prononcera le 8 mars sur l'initiative «no Billag». (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

La redevance radio-TV ne devrait pas disparaître. A l'unanimité, la commission des télécommunications du Conseil des Etats recommande au plénum de rejeter l'initiative «No Billag».

L'initiative «Oui à la suppression des redevances radio et télévision (suppression des redevances Billag)» interdirait à la Confédération de subventionner toute chaîne de télévision ou de radio et de prélever une redevance de réception. Cette dernière fonction ne pourrait pas non plus être déléguée à un tiers, comme actuellement à l'entreprise Billag.

Berne pourrait tout au plus payer les diffuseurs pour la diffusion de communiqués officiels urgents. Quant aux concessions, elles seraient régulièrement mises aux enchères par les autorités fédérales. Une seule exception semble autorisée, le texte stipulant que c'est «en temps de paix» que la Confédération ne peut exploiter ses propres chaînes de radio ou de télévision.

Service public

La suppression des redevances remettrait en cause le service public et ne diminuerait en rien la charge financière des auditeurs, fait valoir mardi la commission dans un communiqué. Il est important d'offrir un service d'information étendu et objectif. Il faut en outre tenir compte des différentes régions linguistiques.

Et la commission de rappeler que la redevance garantit le financement des radios et télévisions locales. Elle n'est pas moins d'avis que des modifications doivent être apportées quant au financement du service public, vu l'évolution de l'offre en ligne et la numérisation. La nouvelle loi sur les médias devrait permettre d'aborder le problème.

SSR

En attendant, la commission propose, par 7 voix contre 3 et 3 abstentions, d'enterrer une motion visant à maintenir l'interdiction pour la SSR de diffuser de la publicité en ligne. Par 4 voix contre 4 et 5 abstentions, la voix prépondérante du président Olivier Français (PLR/VD) faisant pencher la balance, elle a également refusé de changer la formulation du texte.

La SSR pourrait diffuser de la publicité en ligne, à condition que les recettes ainsi réalisées soient affectées au financement de mesures et prestations spécifiques, comme les nouveaux médias ou les offres destinées aux médias privés. La majorité juge ces propositions intéressantes mais elle ne veut pas d'un texte contraignant.

Le Conseil des Etats se prononcera le 8 mars sur l'initiative «no Billag». Il se montre généralement moins prompt à s'en prendre à la SSR que la majorité de droite du National, où un débat sur le service public est agendé le 14 mars. La commission des télécommunications de la Chambre du peuple a multiplié les interventions visant à serrer la bride au diffuseur de service public.

Elle vient récemment d'adopter des motions demandant de réduire le nombre de chaînes thématiques des radios, d'instaurer un modèle de contenus qui permette aux médias privés d'utiliser les productions disponibles dans la médiathèque de la SSR et de renforcer les offres de service public hors SSR. Elle veut aussi se pencher sur une restriction de la publicité pour la SSR.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Jean Louis le 21.02.2017 17:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    voitures de fonction

    Quand on voit que les voitures de fonction de la chaîne locale "La télé" sont des petites BMW x4 toutes neuves, ça fait peur...

  • Greg le 21.02.2017 17:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et bien

    Faites comme vous voulez mais enlever cet impôt à la noix !!!

  • Billout le 21.02.2017 17:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Vol

    Ouarf service public de qualité ???? Laissez moi rire. Pompe à pognon. Ridicule et inadmissible.

Les derniers commentaires

  • Tu m'étonnes ! le 05.03.2017 21:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Noby Lague

    Je regarde jamais la TV, elle sert à visionner des films et aux jeux vidéo, pourquoi dois-je payer pour un "service" qui m'est totalement inutile ? C'est évident que je vais voter No Billag !

  • roudi le 27.02.2017 18:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    la loi actuelle a des zone grises

    problème de loi pour les cas en zone grise. on est censé payer une taxe TV: si une possibilite est disponible (acces connextion TV "branchee" , Abonnement Natel avec bon reseau) si vous navez pas de TV, la prise doit etre plombée

  • Sam Fisher le 22.02.2017 23:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Double peine

    On paie cher et on doit supporter une communication fortement orientée. Ça saoûle. Basta. Que l'hebdo leur serve d'avertissement.

  • Hysteresis le 22.02.2017 22:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Billag

    Entre Billag et nous autres citoyens Suisse, l'amour est dans le pré :-d

  • L'Intondable des Alpages le 22.02.2017 17:49 Report dénoncer ce commentaire

    Compromis

    Dire que si le gouvernement baissait l'impôt billag à quelque chose de raisonnable, du genre 50.- pour la télé+radio, on n'aurait pas eu à lancer une initiative anti-billag. Mais 500 balles ? Allo! Nan mais allo, quoi! Ca marche pas!! On. Peut. Pas.

    • oui le 05.03.2017 21:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @L'Intondable des Alpages

      Trop cher, on est d'accord !