Suisse

05 janvier 2016 12:45; Act: 05.01.2016 13:20 Print

La relève des agriculteurs se fait rare

Trouver des jeunes pour reprendre les exploitations agricoles n'est pas une sinécure.

storybild

Les conditions de travail difficiles n'incitent pas les jeunes à se lancer dans le métier. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Les agriculteurs suisses peinent à trouver de jeunes repreneurs pour leur exploitation. C'est le cas d'un paysan de plus de 50 ans sur trois. En cause, une situation économique défavorable, un revenu faible et des conditions de travail difficiles.

A cela s'ajoutent 24% d'exploitations pour lesquelles la question de la relève reste incertaine, a déclaré le directeur de l'Union suisse des paysans (USP) Jacques Bourgeois mardi à Zollikofen (BE). Les familles paysannes doivent en outre toujours plus s'appuyer sur une activité accessoire pour subsister.

Un revenu annuel moyen de 50'000 francs, quelque 60 heures de travail par semaine et des prix de production très bas: la nouvelle génération d'agriculteurs n'est pas convaincue par les conditions cadres fixées par la branche. Elles ne garantissent pas une agriculture profitable à long terme, affirme M. Bourgeois.Les jeunes se tournent ainsi vers d'autres secteurs, où les perspectives sont meilleures. Pour le directeur de l'USP, les objectifs et la mission de l'agriculture fixés dans la constitution sont sérieusement menacés.

Plus de diplômés

Présent à la conférence de presse, un jeune éleveur de chèvres à Villargiroud (FR) témoigne. Bien que la demande en fromage de chèvre soit bonne, le prix de 1,30 franc par kilo ne doit pas baisser. Sinon, «la situation deviendrait difficile», illustre le Fribourgeois cité dans le communiqué. L'exploitation qu'il gère avec son père ne pourrait pas survivre sans revenu annexe. Tous deux travaillent à temps partiel à l'extérieur.

Cependant, le nombre de diplômes obtenus est passé de 900 à 1200 depuis 2003. L'USP note que les diplômés ont souvent suivi une deuxième formation de manière raccourcie ou qu'ils ont effectué une formation de rattrapage.

Le taux plus élevé de nouveaux agriculteurs ne suffit toutefois pas à combler le changement structurel que traverse le secteur actuellement, déclare Hans Hofer, responsable du domaine de formation professionnelle initiale à Inforama. Les faibles obtentions du diplôme entre 1995 et 2005 se font ressentir aujourd'hui, car les agriculteurs concernés sont désormais en âge de reprendre une exploitation, poursuit l'intéressé.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Chappuis R . le 05.01.2016 16:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Un Grand Respect a Vous Paysans OUBLIES

    Quand l agriculture sera mise a sa juste valeur , quand l agriculteur sera ecoute et mis a sa juste valeur, Quand l agriculteur sera paye a sa juste valeur , Quand l agriculture sera rconnue comme toutes les professions sur le marche du travail. Le jeune sera heureux de reprendre l exploitation.et qu on lui dise , bonjour Monsieur et non pegueno. N oubliez pas les citadins , sans agriculture vous etes morts de faim ,alors respect a l agriculteur qui lui respecte votre metier. Nous avons tous besoin de l un et de l autre au meme PRIX. Ah , Quel est votre salaire monsieur le directeur des agriculteurs que l on rie un bon coup , etiez vous agriculteur ? si oui ,il me semble que vous oubliez vos confreres.

  • Jean Luc le 05.01.2016 15:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Au boulot la gauche

    Plutôt que d'aider les criminels étrangers, les socialistes et l'USS feraient mieux de soutenir nos agriculteurs qui sont les travailleurs pauvres de ce pays!

  • alan le 05.01.2016 14:28 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    triste

    ils disparaissent comme les châteaux,..., les nobles;... . La plupart des villes et villages se sont construit grâce à l Agriculture, l économie était basé sur le primaire ... maintenant c est le tertiaire, le virtuel qui gagne ...

Les derniers commentaires

  • Philippe Aebi agriculteur-viticulteur le 19.01.2016 08:00 Report dénoncer ce commentaire

    Paysan et fière de l'être !!!!!!

    En plus de toute cette paperasse débile, les délais pour rendre certains dossiers se sont encore raccourcis, histoire de mettre encore un peu plus la pression sur les épaules des paysans. Et quand on voit que les promesses de Berne ne sont pas tenues, on comprend aisément que les jeunes ne veuillent pas faire ce métier. Monsieur Delamuraz avait dit: "quand l'agriculture va, tout va"...... CQFD..

  • Philippe Aebi le 19.01.2016 07:56 Report dénoncer ce commentaire

    A l'aide

    Quand les cerveaux musclé qui nous "gouvernent" comprendront que l'on fonce droit dans un mur avec la politique agricole actuelle il sera déjà bien trop tard !!!Personnellement ce n'est pas que le travail soit plus dur qu'un autre, mais l'avalanche de paperasse que l'on nous demande de remplir pour justifier les payements directs, c'est cela qui est usant !!!!

  • mademoiselle Cassis le 06.01.2016 18:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    agissez!

    Oui il faut que notre agriculture de qualité puisse vivre et nos paysans dans de dignes conditions avec des salaires décents! A tout ceux qui râlent parce que c'est trop cher en suisse et font leurs achats à l'étranger je dis: prennez vos responsabilités et soutenez notre économie. ... Achetez des produits suisses en suisse et peut - être nos paysans auront de bonnes perspectives! Renseignez - vous un peu et vous trouverez certainement un producteur près de chez vous.... Gueuler au scandale n'aide personne! Il faut agir! Merci à tous nos producteurs! Sans paysans plus rien dans l'assiette!Pensez - y quand vous serez chez Le clerc ce week-end!!!

    • He Oui le 07.01.2016 20:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @mademoiselle Cassis

      Entièrement d'accord avec vous et j'achète le plus possible suisse. Par contre faut le dire encore plus fort pour que tout le monde l'entende qu'il faut acheter local, car je connais des agriculteurs qui vont faire leurs courses en France. C'est un peu faite comme je dis, pas comme je fais...

    • Laurent le 19.01.2016 10:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @He Oui

      Laissez moi rire, vous parlez sûrement des faux agriculteurs qui ont 3-4 chevaux qui font augmenter les prix de location des terrains agricoles et se disent agriculteurs....

  • ... le 06.01.2016 10:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    .....

    tu m etonnes. les grandes surfaces font la pluie et le beau temps sur leurs revenus le tout appuye par notre "cher"confederation. comme ca on sera dependant de l eu, et on se la fera mettre bien profond le tout sans vaseline parceque ca a un cout cette creme...

  • a. mordan le 06.01.2016 09:22 Report dénoncer ce commentaire

    De l'aide svp

    Le CF préfère faire des affaires avec l'UE agricole que d'offrir de l'aide à nos propres agriculteurs. C'est vraiment minable. Ces personnes qui peinent pour s'en sortir méritent notre soutien. Bien sûr que tout est plus cher quand le produit est du pays, mais enlevez tous les intermédiaires qui s'en mettent plein les poches et vous retrouverez les prix du marché étranger.