Suisse

03 juillet 2018 11:29; Act: 03.07.2018 13:04 Print

La société civile doute du développement durable

En Suisse, 615'000 personnes sont touchées par la pauvreté, et plus d'1,2 million sont menacées de l'être, selon le rapport de 40 ONG.

storybild

Image d'illustration (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

La société civile est inquiète. Le développement durable en Suisse est au bénéfice d'une «image beaucoup trop rose». Déçue par le récent rapport du Conseil fédéral sur l'Agenda 2030 , elle a publié mardi son propre compte rendu.

En Suisse, 615'000 personnes sont touchées par la pauvreté, et plus d'1,2 million sont menacées de l'être. La pauvreté reste un des plus importants défis en Suisse d'autant plus que «l'aide sociale se voit désormais soumise à une pression croissante», selon le rapport de Plateforme Agenda 2030 qui regroupe plus de 40 organisations de la société civile suisse.

Réduire de 50% de gens vivant dans la pauvreté

L'Agenda 2030 fixe, parmi ses 17 Objectifs de développement durable (ODD), une réduction d'au mois 50% de gens vivant dans la pauvreté. Le rapport demande à la Confédération et aux cantons de reprendre cet objectif et de renforcer la lutte et la prévention contre la pauvreté.

Il demande également une meilleure protection du droit du travail, notamment dans le secteur précaire. Sur la question de l'égalité entre les femmes et les hommes, la Suisse est également en retard et pourrait ne pas avoir supprimé les discriminations salariales d'ici à 2030, craint Regula Bühlmann de l'Union syndicale suisse.

Fuites des recettes fiscales

La Plateforme appelle dans son rapport à une politique conçue «de façon cohérente dans l'optique du développement durable». Elle demande notamment d'empêcher les fuites des recettes fiscales des pays en développement vers la Suisse.

«On estime que, par l'évasion et la soustraction fiscale, les pays en développement perdent chaque année 200 milliards de dollars de recettes fiscales. Pourtant, ils ont un besoin urgent de cet argent pour la mise en oeuvre dans leurs pays», souligne Eva Schmassman, présidente de la Plateforme.

«Les multinationales ayant leur siège en Suisse doivent assumer leur responsabilité pour le respect des standards environnementaux même à l?étranger et elles doivent être tenues responsables des dégâts causés par elles-mêmes ou leurs filiales», souligne pour sa part Stella Jegher de Pro Natura. Une mise en place de l'Agenda 2030 ne peut ainsi pas se faire sans le secteur privé.

Onze recommandations

Le rapport de plus de 80 pages de la Plateforme contient onze recommandations pour la mise en oeuvre de l'Agenda 2030. En plus du respect des limites de la planète et des droits humains, la Plateforme exige notamment un ancrage institutionnel de l'Agenda 2030 au sein de l'administration fédérale et le renforcement de la cohérence politique pour le développement durable.

L'Agenda 2030 de développement durable, adopté par les 193 Etats membres de l'Organisation des nations unies, est entré en vigueur en janvier 2016. Il réunit dans un même cadre les points clés des Objectifs du millénaire pour le développement et de l'Agenda 21.

Parmi les 17 objectifs figurent l'élimination de la pauvreté et de la faim, la santé, le bien-être et une éducation de qualité pour tous, l'accès pour tous à l'eau et à des services énergétiques fiables et abordables. Les Etats s'engagent aussi à réduire les inégalités, préserver et restaurer les écosystèmes et promouvoir une économie durable.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Guillaume le 03.07.2018 13:07 Report dénoncer ce commentaire

    Que font-ils nos politiciens

    On préfère donner 1,3 milliard à L'UE plus tôt que d'aider les suisses en détresse. Voilà pourquoi on devient raciste. Nos politiques on une grand part de responsabilité. Il n'est pas nécessaire pour se faire de déplacer le problème chez nous.

  • Corinne le 03.07.2018 12:12 Report dénoncer ce commentaire

    Le problème

    Le problème est que certains peuvent avoir même 10'000.- par mois qu'ils seront toujours pauvres! et d'autres avec 3000.- arrivent a mettre de coté. C'est notre système qui a été trop loin et aujourd'hui on se trouve dans une disproportion entre rentrées et charges fixes. Ne pas oublier que pour générer une richesse faut toujours une dette! malheureusement si les gens ne peuvent plus s'endetter l'économie stagne et c'est ce qu'il arrive en ce moment.

  • Aziz Zürlökü le 03.07.2018 12:22 Report dénoncer ce commentaire

    En Suisse,

    pour être aidé, il vaut mieux être réfugié.

Les derniers commentaires

  • Yilmaz Osmanoglu le 04.07.2018 14:15 Report dénoncer ce commentaire

    Non!

    Les ONG ne sont que des organisations de crime élaboré. Il n'y a qu'à voir où part l'argent: dans des pays où ISIS, Hezbollah, Hamas, Somaliland, Boko Haram, etc. foisonnent. Greenpeace, pareil! Terroristes sous couvert de l'écologie et des dangers de la société (attaque de drone sur un réacteur en France). Je suis pauvre et ne soutiendrait que ma famille et mes compatriotes. Ces organisations ne m'ont jamais aidés quand je suis venu m'installer en Suisse.

  • Gabriel le 04.07.2018 08:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ultimatum

    moi etranger jeune marié en 1070 , bcp de probléme pour trouver travail , parlait mal la langue .. convoqué contrôle etranger .. ultimatum , " malgré que votre femme est suissesse , vous avez 3 mois pour travailler ou vous serez expulsé""

  • The economist le 04.07.2018 08:28 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    save Switzerland

    et l'argent de la drogue et des milliers de travailleurs étrangers qui le sortent de notre économie pour l'envoyer dans leur pays .. une hémorragie qui détruit notre économie

  • le Logique le 04.07.2018 08:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    suggestions

    stabiliser la population a un nombre disons 6 mio , tout le monde doit travaille AI ou pas plein temps ou partiel assez d'assister des gens capable de travailler même un peu .produire local ,plus importer colifichets nourriture inutiles de l'étranger,réduire les salaire inutilement exorbitants des dirigeants , plus gaspiller argent en choses inutiles ( arbres électroniques et autres ) aide a la culture UE tiers monde ..personne ne nous a aidé en 1800 réduire coût vie car artificiellement haut , on la la TVA plus basse de UE ..pas nécessaire d'être Economiste universitaire pour comprendre ça

    • Pluche le 04.07.2018 20:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @le Logique

      Bravo , domage que nos "dirigeants" ne soient pas dans la même logique.

  • Titus le 03.07.2018 21:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Non à la gauche

    la société civil en a marre des donneurs de leçons gauchos...ce n'est pas avec un diplôme d'art qu'on gère l'infrastructure d'un pays...et encore moins quand on es dépressifs, et assistés.

    • Caius le 04.07.2018 08:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Titus

      lea pays de gauche sont tous faillis car vidé de leur sang par les voleurs de dirigeants qui connaissaient rien aux besoin du peuple ,leur planifications ..le desastre