Agriculture

19 août 2019 16:38; Act: 19.08.2019 16:38 Print

La vache influence quelles plantes poussent

Selon une étude menée par la Confédération, les bovidés contribuent à déterminer le type de végétation qui pousse sur leurs pâturages.

storybild

L'équipe a examiné un total de 50 parcelles réparties sur 25 sites dans des régions montagneuses de Suisse et du sud de l'Allemagne. (Photo: Keystone)

Une faute?

Angus ou vache des Highlands: les vaches ne sont pas toutes pareilles lorsqu'il s'agit de brouter différentes variétés d'herbes, de graminées et d'arbustes. Une étude scientifique montre que la race bovine influence la composition botanique des surfaces de pâture.

Cette conclusion est le fruit des recherches menées par Agroscope, le centre de compétence de la Confédération pour la recherche agricole, en collaboration avec les universités de Heidelberg (D) et de Göttingen (D), indique lundi un communiqué du centre suisse.

Si l'on sait depuis longtemps que les vaches, les moutons et les chèvres influencent au travers de leur consommation les plantes qui poussent sur leurs pâturages, on connaît moins la façon dont les différentes races de bétail influencent la végétation.

Les races orientées vers la production comme la Charolaise, l'Angus, la race Brune ou la Simmental diffèrent en effet des races robustes comme la Highland Cattle ou la Galloway en termes de besoins alimentaires, de taux de croissance et de poids. De plus, leurs comportements en matière de déplacement et de choix des aliments sont différents, explique Agroscope.

Différences claires

Afin de déterminer l'impact d'une race bovine sur la couverture végétale des surfaces de pâture, les chercheurs d'Agroscope et des deux universités allemandes ont comparé la composition botanique de surfaces pâturées pendant de nombreuses années par des vaches des Highlands avec les surfaces adjacentes pâturées par des races de vaches orientées vers une production plus intensive. L'équipe a examiné un total de 50 parcelles réparties sur 25 sites dans des régions montagneuses de Suisse et du sud de l'Allemagne.

L'étude, publiée dans le Journal Agriculture, Ecosystems and Environment a montré des différences claires entre les diverses races de bovins: indépendamment du site, les surfaces pâturées par des races orientées vers une production intensive avaient beaucoup plus de plantes présentant une tolérance élevée à la pâture et au piétinement.

Diversité plus forte avec les Highlands

Et sur les surfaces pâturées par des vaches des Highlands, les chercheurs ont trouvé davantage d'espèces dont les graines s'accrochent aux poils des vaches et qui se répandent de cette manière. Dans l'ensemble, la diversité des espèces végétales sur les surfaces pâturées par les vaches des Highlands était plus élevée que sur les parcelles des autres races, conclu l'étude.

Les scientifiques ont également constaté que plus la durée de pâture de cette race est longue, plus la différence dans la diversité des espèces est évidente. En outre, la proportion d'arbustes sur les pâturages des vaches des Highlands était plus faible que sur les parcelles des autres races, ce qui indique que les vaches des Highlands sont moins exigeantes dans le choix de leur fourrage.

(nxp/ats)