Vaud

23 mai 2019 21:50; Act: 23.05.2019 21:50 Print

La voix des jeunes entendue par les politiques

Le «Parlement des filles» a débattu de trois objets lors de la Journée Oser tous les Métiers. Le Conseil d'Etat a tenu à y apporter sa réponse.

storybild

Le «Parlement des filles» de 2018. (Photo: Capture d'écran)

Une faute?

Le 8 novembre dernier, des élèves de 7e à 9e année scolaire du canton de Vaud ont pu s'essayer à la politique. Dans le cadre de la Journée Oser tous les Métiers (JOM), plus de 120 jeunes ont pu se mettre dans la peau d'un(e) député(e). Lors de cet atelier «Parlement des filles», trois objets ont ainsi été retenus pour être discutés en plénum. Le Conseil d'Etat vaudois a tenu à s'exprimer sur ces sujets.

Ramasser ses déchets dès le plus jeune âge

Paloma Calderari, élève de 9e année, a proposé qu'une journée obligatoire de ramassage des déchets, dans les rues ou dans le lac, soit imposée à tous Et ce, dès l'âge où on commence à jeter des déchets, soit entre 8 et 10 ans. Acceptée par une large majorité du «Parlement des filles», l'idée a également séduit le Conseil d'Etat, bien qu'elle ne soit pas applicable dans les faits.

L'Exécutif vaudois a tenu à féliciter les jeunes pour leur souci de la propreté des rues et des rives. La mise en oeuvre d'une telle idée étant du ressort des communes, le Conseil d'Etat va écrire aux deux associations faîtières des communes vaudoises pour les informer de cette proposition.

Egalité des congés parentaux

«Je propose que les pères bénéficient d'un congé paternité plus long», annonçait Shirine Kunzle, une élève de 8e année. Ce à quoi le «Parlement des filles» s'est finalement accordé pour proposer un congé d'une durée d'un mois.

Le Conseil d'Etat approuve mais a tenu à rappeler que cette décision était de compétence fédérale. Dans la limite de ses fonctions, l'autorité a décidé de mettre en place la prolongation graduelle du congé paternité dans l’administration
cantonale pour atteindre 20 jours en 2022.

Du numérique dans les écoles

Enfin, l'assemblée s'est terminée sur un refus de l'objet de Sophie Kaufmann, élève de 8e année. «Je propose que les travaux en classe se fassent sur des écrans (tablettes, ordinateurs etc)». Cette réflexion sur l'éducation numérique a réjoui le Conseil d'Etat, ainsi que le Département de la formation, de la jeunesse et de la culture. Selon eux, la transition se fera par étapes et de manière évolutive.

La prochaine édition du «Parlement des filles» est d’ores et déjà fixée au jeudi 14 novembre 2019. Au vu du succès de cet atelier, une Conseillère d’Etat pourrait être présente cette année pour prononcer une allocution inaugurale, et éventuellement prendre part à l’entier des débats.


Et voici un lien pour revoir l'entier des débats du «Parlement des filles» 2018.

(jmu)