Berne

29 juillet 2018 21:00; Act: 29.07.2018 21:00 Print

Labo stratégique dans le viseur de hackeurs russes

Des pirates liés au Kremlin ont lancé une cyberattaque contre un institut fédéral spécialisé dans les armes chimiques.

storybild

Lentité est renommée pour ses expertises sur les toxiques. (Photo: Keystone/Lukas Lehmann)

Sur ce sujet
Une faute?

Une cyberattaque a été dirigée contre le Laboratoire Spiez, institut fédéral spécialisé dans les menaces atomiques, biologiques et chimiques. Kurt Münger, de l’Office fédéral de la protection de la population, a expliqué qu’un document Word avait été distribué quelques mois avant une conférence d’experts organisée par le laboratoire. Un logiciel malveillant avait été caché dans l’envoi, censé contenir des infos sur la réunion et diffusé au moyen d’un faux e-mail au nom du Laboratoire Spiez. La Confédération indique avoir immédiatement informé les participants à la réunion. Le labo n’aurait, a priori, pas enregistré de vols de données.

Services secrets russes impliqués

Derrière cette agression se trouverait le groupe de pirates Sandworm, qui dépend directement du GRU, agence russe du renseignement militaire, rapporte le «SonntagsBlick». Les pirates avaient des connaissances linguistiques russes, confirme la société de sécurité informatique basée à Moscou, Kaspersky.

Enquête sur le Novitchock

Pour mémoire, le laboratoire bernois avait participé à l’analyse du cas d’empoisonnement de l’ancien agent double russe Sergueï Skripal. En mars dernier, lui et sa fille avaient été intoxiqués à Salisbury (GB). Londres avait accusé Moscou d’être derrière cette tentative d’assassinat. Le Kremlin avait nié toute implication. Le ministre des Affaires étrangères russes, Sergueï Lavrov, avait alors critiqué les conclusions des experts suisses, qui avaient confirmé l’emploi du Novitchok, un neurotoxique de fabrication russe.

(jbm/ats)