Trafic ferroviaire

04 janvier 2016 16:37; Act: 04.01.2016 16:37 Print

Lausanne réclame l'arrêt du transport de chlore

La Municipalité de la capitale vaudoise et celles des communes limitrophes de Renens et Prilly ont envoyé un courrier commun à l'Office fédéral des transports.

storybild

Le 25 avril 2015, six wagons avaient déraillé à Daillens, entraînant le déversement sur les voies de 25 tonnes d'acide sulfurique, trois tonnes de soude caustique et des quantités marginales d'acide chlorhydrique. (Photo: Keystone/ARCHIVES)

Une faute?

Lausanne, Renens et Prilly réclament l'arrêt du transport de chlore par voie ferroviaire.Les trois villes estiment que les risques se sont aggravés en raison de l'augmentation des convois de marchandises dangereuses et de la densification des habitations à proximité des zones à risques.

Les municipalités rappellent que ce type de transport est revenu à plusieurs reprises sous les feux de l'actualité en 2015. Le 25 avril, six wagons ont déraillé à Daillens, entraînant le déversement sur les voies de 25 tonnes d'acide sulfurique, trois tonnes de soude caustique et des quantités marginales d'acide chlorhydrique.

Plusieurs semaines plus tard, on apprenait qu'après le déraillement, de l'acide chlorhydrique avait été transvasé dans un wagon-citerne inadéquat puis avait transité entre Monthey (VS) et Bâle-Campagne. Un nouvel incident avait été évité de peu.

Interdire à court terme

Lausanne, Renens et Prilly - trois villes régulièrement traversées par des convois de produits chimiques - ont envoyé un courrier commun à l'Office fédéral des transports. Elles lui demandent d'entamer une démarche pour interdire à court terme le transport de chlore par rail, ont-elles indiqué lundi.

Les communes demandent aussi une augmentation des mesures de sécurité pour l'ensemble des transports ferroviaires de marchandises dangereuses. Elles rappellent qu'elles vont faire face ces prochaines années à plusieurs grands chantiers complexes le long des voies.

Nombreuses critiques

Plusieurs voix se sont élevées contre ces convois de marchandises dangereuses. Le canton de Genève a proposé d'interdire le transport massif de chlore. En décembre, le Conseil des Etats a adopté un postulat qui demande un rapport, accompagné de mesures pour réduire les risques.

Un groupe de travail se penche actuellement sur la question. Ses premières observations sont attendues début 2016.

(nxp/ats)