Fabrication de bombe

04 août 2016 14:53; Act: 04.08.2016 15:40 Print

Le Bâlois radicalisé suspendu par le CCIS

L'homme chez qui la police a découvert des produits dangereux servant à fabriquer une bombe était membre du CCIS. Il a été suspendu.

storybild

La police a découvert près de 1kg de phosphore rouge, un produit dangereux servant à faire des bombes, chez le Bâlois de 31 ans.

Sur ce sujet
Une faute?

Les représailles n'ont pas tardé. Alors que le «Blick»a révélé ce jeudi que la police avait perquisitionné le domicile d'un Bâlois de 31 ans et découvert près de 1kg de phosphore rouge, un produit dangereux servant à faire des bombes, le Conseil central islamique suisse (CCIS) a fait savoir qu'il suspendait le jeune homme. Celui-ci était pourtant l'un de ses membres fondateurs.

Le Conseil central islamique suisse a pris connaissance de l'article sur les hobbys exotiques et criminels de K.C. d'Arlesheim (BL), a écrit le CCIS au Blick. Après une discussion interne, le comité a décidé de suspendre avec effet immédiat de ses fonctions de membre passif et actif. Le Conseil se distancie clairement de K.C., de son attitude comme de ses activités.

Le coup est rude pour K.C. qui se fait désormais appeler Abdullah, qui avait participé à la création du groupe salafiste. Il y avait même joué le rôle de ministre de l'information en 2010 et était un proche du sulfureux Biennois Nicolas Blancho.

Le CCIS ne ferme toutefois pas complètement la porte au Bâlois. Il pourra en effet s'exprimer sur ses loisirs exotiques lors de la prochaine assemblée générale. Une décision sur une éventuelle exclusion définitive sera prise à ce moment-là, écrit encore le CCIS.

Pour rappel, Abdullah a été perquisitionné sur mandat du Ministère public de la Confédération. Le MPC l'avait dans le collimateur depuis un message posté sur Facebook peu après les attentats de novembre 2015 à Paris, un message dans lequel il estimait que «la France l'avait bien mérité».

L'homme, fasciné par les bombes, a raconté par ailleurs au «Blick» avoir testé le phosphore en forêt. Mais il a affirmé que ses expérimentations étaient d'ordre scientifique.

(cht/nxp)