Criminalité

14 novembre 2019 15:26; Act: 14.11.2019 16:01 Print

Le Conseil fédéral veut agir contre la mafia

Le Conseil fédéral veut faire de la répression de la mafia italienne un des piliers de la stratégie de lutte contre la criminalité des quatre prochaines années.

storybild

La criminalité italienne est souvent connue par la mafia sicilienne ou la 'Ndrangheta calabraise. (Photo: Keystone)

Une faute?

Le Conseil fédéral veut agir contre la mafia. Il prévoit un plan d'action comprenant des mesures préventives, coopératives et répressives qui servira d'instrument de travail aux autorités fédérales et cantonales.

La lutte contre la mafia italienne sera un des piliers de la stratégie de lutte contre la criminalité des quatre prochaines années, indique jeudi le Conseil fédéral en réponse au conseiller national Fabio Regazzi (TI/PDC).

La stratégie pour les années 2020 à 2023 devrait être publiée d'ici à la fin 2019, le plan d'action ne sera lui pas rendu public. Le plan «Antimafia» sera axé sur le Tessin, où le risque d'activités mafieuses est grand, selon le gouvernement. Les autorités cantonales participent à son élaboration.

Haies pour la répression

Certaines mesures sont déjà mises en oeuvre. L'Office fédéral de la police (Fedpol) a prononcé ces derniers mois quinze interdictions d'entrée et deux expulsions contre des personnes condamnées pour appartenance à la mafia italienne en Italie.

Le Bureau de communication en matière de blanchiment d'argent (MROS) de Fedpol a traité 126 communications reçues concernant le crime organisé, ajoute le Conseil fédéral. La plupart présentent un lien avec des groupes criminels italiens. La tendance est à la hausse.

La répression se heurte à des difficultés, induites aussi par les bases légales. Les obstacles à une condamnation pour appartenance à une organisation criminelle sont nombreux, et la peine encourue est clémente, surtout en comparaison internationale. Une révision du Code pénal, pendante au parlement, doit y remédier.

(nxp/ats)