Touristes égorgées

01 février 2019 12:09; Act: 01.02.2019 12:11 Print

Le Genevois interpellé au Maroc face au juge

Arrêté pour son implication dans le meurtre de deux étudiantes scandinaves, l'Hispano-suisse de 25 ans sera longuement entendu par le juge antiterroriste lundi.

storybild

Le suspect est «connu de la police genevoise pour des faits de droit commun commis entre 2007 et 2013». (Photo: DR)

Sur ce sujet
Une faute?

L'Hispano-suisse arrêté au Maroc sera présenté lundi au juge d'instruction antiterroriste, a-t-on appris auprès de son avocat. Il avait été interpellé pour ses liens avec les auteurs présumés du meurtre de deux touristes scandinaves dans le sud du royaume.

"Après l'audience préalable, ce sera une audience plus détaillée, qui va durer longtemps, avec des questions plus détaillées", a dit vendredi à l'AFP son avocat Saad Sahli. D'autres suspects seront également présentés le même jour au juge d'instruction antiterroriste à Salé, près de la capitale Rabat, a ajouté Saad Sahli, qui défend d'autres personnes mises en cause dans ce dossier.

Une vingtaine d'interpellations

Les autorités marocaines ont interpellé une vingtaine de personnes pour leurs liens présumés avec le double meurtre, toutes présentées une première fois devant le juge d'instruction. L'affaire a suscité une vive émotion en Norvège, au Danemark mais aussi au Maroc.

Une étudiante danoise de 24 ans et une étudiante norvégienne de 28 ans, ont été tuées dans la nuit du 16 au 17 décembre dans le sud du Maroc, où elles étaient en vacances. Leurs corps ont été découverts sur un site isolé du Haut-Atlas, dans un secteur prisé des amateurs de randonnée. Les deux victimes ont été décapitées.

Arrêté à Marrakech où il s'était installé, le suspect hispano-suisse est "imprégné de l'idéologie extrémiste", selon les autorités. Il est soupçonné d'avoir "appris à certaines personnes interpellées dans cette affaire les outils de communication issus des nouvelles technologies et de les avoir entraînées au tir", selon le Bureau central d'investigations judiciaires (BCIJ, unité antiterroriste).

L'enquête a révélé son "adhésion à des opérations de recrutement et d'embrigadement de citoyens marocains et subsahariens pour exécuter des plans terroristes au Maroc", d'après la même source.

Ce Genevois avait quitté la Suisse pour s'installer au Maroc en 2015. "L'individu est connu de la police genevoise pour des faits de droit commun commis entre 2007 et 2013", avait indiqué Fedpol en fin d'année dernière.

Autre Suisse impliqué

Des médias marocains ont affirmé qu'un autre Suisse installé au Maroc, possédant aussi la nationalité britannique, avait été arrêté dans le cadre de cette affaire. Fedpol avait confirmé cette interpellation.

Les quatre principaux suspects appartenaient à une cellule inspirée par l'idéologie du groupe Etat islamique (EI) mais "sans contact" avec ses cadres en Syrie ou en Irak, selon les autorités.

Parmi ces quatre suspects, se trouve le chef de cette "cellule terroriste", un marchand ambulant de 25 ans. Il avait été condamné par le passé pour avoir voulu rejoindre les zones alors contrôlées par l'EI en Irak et en Syrie, avant de bénéficier d'une réduction de peine.

Épargné jusqu'ici par les attentats de l'EI, le royaume avait été meurtri par des attaques à Casablanca (33 morts en 2003) et à Marrakech (17 morts en 2011).

(nxp/ats)