Suisse

08 juin 2011 08:10; Act: 08.06.2011 12:05 Print

Le National ne veut plus du nucléaire

La sortie du nucléaire en Suisse se précise: la Chambre du Peuple suit les propositions du Conseil fédéral et envisage une sortie progressive du nucléaire. Ils ont votés mercredi matin.

Sur ce sujet
Une faute?

Le Conseil national ne veut plus de nouvelles centrales nucléaires en Suisse.

Par 101 voix contre 54 et 36 abstentions, le plénum a voté pour une motion de Roberto Schmidt (PDC/VS). La gauche et le PDC ont accepté ce texte. L'UDC l'a rejeté. Comme ils l'avaient annoncé, les libéraux-radicaux se sont abstenus.

Le texte demande qu'aucune autorisation générale ne soit plus accordée pour la construction de centrales nucléaires. Celles qui sont encore conformes aux exigences de sécurité pourront continuer à être exploitées, elles seront mises à l'arrêt progressivement.

La Chambre du peuple a aussi accepté par 99 voix contre 54 et 37 abstentions une motion du Parti bourgeois-démocratique qui demande que les autorisation de construire des centrales ne soient plus renouvelées dès janvier 2012.

Par 108 voix contre 76 et 9 abstentions, le plénum avait auparavant déjà adopté une motion du groupe des Verts, qui demande une sortie progressive du nucléaire.

Le National veut aussi des mesures pour encourager l'utilisation d'énergies renouvelables et accroître l'efficacité énergétique. Il a entamé le second volet de son débat qui porte sur les énergies renouvelables.

Peu de temps avant les votes cruciaux, une motion de l'UDC qui proposait de repousser le débat, a été rejetée par les parlementaires.

Sans surprise, le groupe libéral-radical s'est abstenu. De son côté, l'UDC a rejeté en bloc toutes les motions qui envisagent, de près ou de loin, une sortie du nucléaire.

D'après plusieurs élus, il s'agit d'une étape «historique et importante »pour la Suisse, qui donne une indication claire aux entreprises du secteur énergétique. Le Conseil des États devra aussi se prononcer.

Une matinée de votes et de débats: enjeux

Les partis ont répété leurs positions mercredi lors du débat extraordinaire sur le nucléaire au Conseil national. La gauche et le centre d'un côté, la droite de l'autre, se sont affrontés sur la question de la sécurité des centrales suisses.

S'appuyant sur des experts, Fulvio Pelli (PLR/TI) a assuré que les cinq réacteurs ne présentaient pas de risques. La question d'une sortie du nucléaire n'est donc pas urgente à ses yeux.

La question légitime, c'est comment remplacer les 20% d'énergie en moins dès 2020 et les 40% en moins dès 2035-40? Le PLR met en garde contre des prix du gaz multipliés par trois. A l'avenir, la sécurité de l'approvisionnement sera prioritaire, plus particulièrement en janvier et en février, a estimé Filippo Leutenegger (PLR/ZH).

En 2025

En 25 ans, sur les 500 centrales nucléaires que compte le monde, cinq ont fini leur vie par une fusion du coeur, ont souligné plusieurs orateurs de gauche. «Nous avons une responsabilité envers les générations futures», a estimé Roger Nordmann (PS/VD).

Comme les Verts, les socialistes veulent un abandon anticipé de l'atome. Pourquoi attendre 2034, comme le veut le Conseil fédéral, alors qu'une sortie en 2025 est possible, a demandé le Vaudois.

Roberto Schmidt (PDC/VS), à l'origine d'une motion proche du projet du Conseil fédéral, a estimé que l'abandon de l'atome allait déclencher une nouvelle poussée d'innovation et créer des emplois.

En plus, les nouvelles normes de sécurité et une assurance convenable en cas de catastrophe renchériront le nucléaire, selon le président du PDC Christophe Darbellay (VS). Parallèlement, le prix des énergies renouvelables baisse.

Renvoi du débat

L'UDC veut que le Conseil national attende des projets concrets du gouvernement sur l'approvisionnement énergétique avant de voter sur une sortie du nucléaire. Il a déposé une motion d'ordre en ce sens.

Les démocrates du centre estiment qu'aucune décision ne doit être prise avant mi-2012. C'est à cette date que le gouvernement espère pouvoir mettre son projet de loi en consultation.

«La décision abrupte du Conseil fédéral ne propose aucune alternative sérieusement chiffrée», a critiqué Guy Parmelin (UDC/ VD). Le parti veut des détails sur les coûts exacts des projets dans le domaine des différentes énergies renouvelables et sur les retombées sur l'industrie et la population.

Il réclame une consultation de tous les milieux concernés. L'approvisionnement en électricité doit être sûr, à un prix abordable, sans dépendance de l'étranger et sans émission de CO2.

(lsl/ats/ap)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Pascal le 08.06.2011 13:30 Report dénoncer ce commentaire

    Ouis....

    Bonjour toujours le bla bla des femmes et des hommes politique.... on voit que nous sommes dans la préparation des élection fédéral.... ils s'essayent tous de tirer la converture de leur côté... vraiment dommage de prendre des déscitions dans des condition pareil....

  • Tobi le 08.06.2011 13:04 Report dénoncer ce commentaire

    En avant....

    Enfin, maintenant il faut clouer le bec aux écologistes qui font opposition à n'importe quoi dès qu'on veut installer une éolienne quelque part sur une montagne. Je suis d'accord qu'il faut respecter la nature mais il y a des limites.

  • Gilly le 08.06.2011 14:46 Report dénoncer ce commentaire

    Faut arrêter de rêver....

    Non, mais où va-t-on? On prend des décisions alors qu'on a aucun plan de secours. On va remplacer par quoi le manque de production? Par le gaz? Et quand il y aura un accident, on va passer à quoi? Les élections approchent et les politiciens profitent de cette crainte du nucléaire après Fukushima. Mais comparons ce qui est comparable... Nos centrales n'ont rien à voir avec celles du Japon et elles ne sont pas placées sur une faille... Alors pourquoi nous, on sortirait du nucléaire, alors que même le Japon n'en fait rien. Et au final, c'est qui qui va trinquer, c'est quand même les contribuables

Les derniers commentaires

  • bonsoir le 08.06.2011 18:39 Report dénoncer ce commentaire

    trop MARRANT!!!

    les médias affirment plus ou régulierement que 80% des cytoyens suisse sont pour la sortie du nucléaire alors qu'en lisant les commentaires ont remarque bien qu'ils ne sont que 20% environ

    • Hi hi le 09.06.2011 01:56 Report dénoncer ce commentaire

      Oui, trop marrant

      Trop marrant de croire que les citoyens suisses se limitent à ces quelques aigris qui se défoulent dans les commentaires de 20minutes.

    • Andrew Flynn le 09.06.2011 02:52 Report dénoncer ce commentaire

      Fukushima = 3 Tchernobyls???

      Pourquoi les médias suisses ne parlent-ils plus de Fukushima? CNN nous tient au courant au moins deux à trois fois par semaine.

  • bonsoir le 08.06.2011 18:35 Report dénoncer ce commentaire

    mais bien sur!!

    dans dix ans quand la consommation d' éléctricité aura doublé et les prix triplé on se dira: mais pourquoi avons nous décidé de sortir du nucléaire sur un bête coup de tête pour de la pub électorale gratuite?

  • Heidelberg le 08.06.2011 18:33 Report dénoncer ce commentaire

    Bon les écolos,

    préparer vous à pédaler !

  • Very bad boy le 08.06.2011 17:43 Report dénoncer ce commentaire

    Qui sont les irréalistes?

    On pense beaucoup à une possible catastrophe, mais personne n'a pensé qu'il n'y aucune solution viable pour les déchets.... En Finlande, ils ont commencé le premier site d'enfouissement permanent des déchets (Onkalo), LE PREMIER DANS LE MONDE. Le chantier a commencé en 1970 et il finira en... 2100, inutile de vous dire que ça a couté, ça coute et ça coutera des milliards de milliards. Et ce sera uniquement pour les 200'000 tonnes de déchets de la Finlande. Il faudra construire un Onkalo dans chaque pays, et personne ne peut garantir qu'ils tiendront chacun 100'000 ans...

  • AGaucheToute le 08.06.2011 16:48 Report dénoncer ce commentaire

    Mauvais perdants ?

    Les commentaires, c'est comme la politique, il faut parfois savoir s'abstenir...

    • Boniface le 08.06.2011 22:03 Report dénoncer ce commentaire

      Prêt à pédaler

      le gaucho ?