Conseil fédéral

23 novembre 2019 11:49; Act: 23.11.2019 13:30 Print

Le PDC ne soutient pas Regula Rytz

Le président Gerhard Pfister a indiqué que son parti n'entendrait pas la présidente des Verts qui brigue un siège au Conseil fédéral.

Regula Rytz n'aura pas le soutien du PDC.
Sur ce sujet
Une faute?

La candidature au Conseil fédéral de la Verte Regula Rytz rencontre un nouvel écueil. Le groupe PDC a décidé de ne pas majoritairement soutenir son élection le 11 décembre, a indiqué le président du parti Gerhard Pfister sur les ondes de la radio SRF.

Cette décision a été prise «après une longue discussion sur la concordance et les résultats des élections», a souligné samedi Gerhard Pfister dans l'émission Samstagsrundschau. Le groupe PDC a finalement décidé de ne pas inviter Regula Rytz à une audition. Cela signifie que les démocrates-chrétiens ne vont pas se prononcer majoritairement pour la Bernoise le 11 décembre prochain.

Le président du PDC a toutefois précisé qu'il ne s'agissait pas d'un rejet par principe d'une représentation des Verts au Conseil fédéral. Cette revendication, quelques semaines après les élections fédérales, intervient simplement trop tôt, estime-t-il. Tous les conseillers fédéraux en exercice se représentent.

Accord de concordance

Gerhard Pfister souhaite toutefois négocier un nouvel «accord de concordance» avec les autres partis gouvernementaux avant l'élection du Conseil fédéral le 11 décembre prochain. Les forces politiques les plus importantes doivent à l'avenir continuer à être représentées au gouvernement.

«Nous devons mettre en oeuvre les résultats des élections. Si nous attendons trop longtemps, cela ne fera que renforcer les Verts», considère le président du PDC. Ce dernier a répondu prudemment à la question de savoir si le PLR doit continuer de bénéficier de deux fauteuils au Conseil fédéral. Si les résultats des élections se confirment dans quatre ans, alors le deuxième siège du PLR devra «être discuté».

Les Verts doivent confirmer

Le PLR étant le parti le plus surreprésenté, les écologistes visent l'un de ses fauteuils, ont-ils annoncé vendredi. Les libéraux-radicaux ne voient pour leur part aucune raison de modifier la formule magique pour l'heure. Le groupe recommande à l'unanimité de réélire tous les conseillers fédéraux en place.

Les Verts doivent d'abord prouver qu'ils sont capables de réunir des majorités parlementaires, puis populaires. Il en va de la stabilité gouvernementale, a déclaré vendredi le PLR vaudois Olivier Feller.

L'UDC réélira également tous les conseillers fédéraux en poste, «dans un esprit de continuité et de concordance». Un conseiller fédéral vert ne serait envisageable au plus tôt que dans quatre ans, si la force électorale du parti écologiste se confirme.

De son côté, le PS auditionnera la candidate des Verts avant d'arrêter sa stratégie pour les élections au Conseil fédéral, a-t-il indiqué samedi. Les Vert'libéraux n'ont pas prévu pour l'heure d'informer sur la question. Le profil très à gauche de Mme Rytz dérange toutefois certains membres du parti.

(nxp/ats)