Contre l'initiative de l'UDC

30 novembre 2019 15:21; Act: 30.11.2019 16:17 Print

«Garantir la qualité de la Suisse»

Le Parti évangélique (PEV) s'est prononcé contre l'initiative «pour une immigration modérée», rappelant son soutien à la voie bilatérale de la Suisse avec l'UE.

De longs débats avaient eu lieu au Conseil national à propos de cette initiative mi-septembre.
Sur ce sujet
Une faute?

Lors de son assemblée des délégués samedi à Weinfelden (TG), le Parti évangélique (PEV) s'est clairement prononcé contre l'initiative de l'UDC «pour une immigration modérée». Les délégués ont aussi dit non à l'initiative pour davantage de logements abordables et ont décidé la liberté de vote au sujet du référendum contre l'extension de la norme pénale antiraciste aux orientations sexuelles.

Le vote sur l'initiative dite de limitation, qui exige que la Suisse règle de manière autonome l'immigration des étrangers et vise à résilier la libre circulation des personnes, a été presque unanime: 102 voix contre, 3 pour et 5 abstentions. Le PEV a ainsi rappelé qu'il soutient clairement la voie bilatérale de la Suisse avec l'UE.

L'accord sur la libre circulation permet aux entreprises suisses de recruter la main d'oeuvre nécessaire là où elle se trouve. «Afin de garantir la qualité, l'innovation, la fiabilité et la valeur ajoutée typique de la Suisse, l'accès aux forces de travail des marchés transfrontaliers doit être garanti», a déclaré Marianne Streiff, présidente du PEV.

Si l'initiative était adoptée, la Suisse se priverait de la possibilité de participer au marché européen et de contribuer à le façonner, ce qui aurait des conséquences graves pour l'économie, notamment en matière d'exportation, de sécurité de planification et d'accès au marché, selon elle. «Il est trop facile de considérer que la résiliation de la libre circulation des personnes résoudrait tous les problèmes», a encore affirmé Mme Streiff.

La présidente du PEV est par ailleurs revenue sur les élections fédérales, dont le résultat est positif pour le parti, selon elle: il a conquis un siège et en détient désormais trois au Conseil national.

(nxp/ats)