Débat sur le nucléaire

28 mars 2011 16:12; Act: 28.03.2011 16:22 Print

Le PS veut la fin des centrales d'ici 2025

Le PS a présenté lundi sa feuille de route pour une sortie planifiée du nucléaire. La dernière centrale atomique de Suisse devra être mise hors service d'ici 2025.

storybild

Mühleberg, Beznau I et II seraient bouclés entre 2012 et 2015, Gösgen en 2020 et Leibstadt en 2025. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Le plan du Parti socialiste (PS) repose sur une loi réglementant la désaffection des centrales nucléaires et interdisant toute nouvelle construction. Les réacteurs existants devraient être débranchés dès qu'il ont atteint 40 ans, ce qui évitera à la Confédération d'indemniser les exploitants, a précisé le conseiller national Roger Nordmann (VD) lundi devant la presse.

Ainsi, Mühleberg, Beznau I et II seraient bouclés entre 2012 et 2015, Gösgen en 2020 et Leibstadt en 2025. La production des trois première centrales, qui atteint en moyenne 8,8 TWh par an, peut être compensée par des mesures immédiates d'accroissement de l'efficacité énergétique.

Fonds spécial

L'utilisation intelligente de l'électricité est décisive pour la sortie du nucléaire, selon le conseiller national Beat Jans (BS). A lui seul, le remplacement des appareils trop gourmands et des chauffages inefficaces permettrait de remplacer toutes les centrales.

Les socialistes réclament des cibles d'efficacité pour les entreprises de distribution électrique, à l'instar des importateurs autos. Elles devraient investir chaque année un dixième de leurs dépenses d'achat d'énergie dans des mesures d'accroissement de l'efficacité. Un fonds spécial devrait être créé et financé par un prélèvement de 1 ct par KWh produit dans les centrales atomiques.

En parallèle, il s'agit de développer les énergies renouvelables. D'ici 2025, la Suisse serait à même d'établir une production annuelle de 20 TWh si le frein posé au subventionnement de la production d'électricité renouvelable, via le «rachat à prix coutant», était levé, a renchéri Eric Nussbaumer (BL).

Il faut investir dans l'éolien, la biomasse, le photovoltaïque et l'hydraulique. Les installations suisses de pompage-turbinage constitueront la batterie indispensable pour concrétiser un approvisionnement entièrement renouvelable en Europe, selon lui.

Centrales à gaz

Le PS soutient la surélévation du barrage du Grimsel, même si ce n'est pas le meilleur projet, a ajouté M.Nordmann. Et le Vaudois d'assurer: «nous ne sommes pas dogmatiques, nous ne serions pas même opposés à une ou deux petites centrales à gaz en cas de besoin pour couvrir les pics de besoins énergétiques en hiver».

Le scénario du PS pour sortir de l'atome ne prévoit néanmoins pas de centrale à gaz, a ajouté Beat Jans. Le pire serait cependant de retomber dans 20 ans d'indécision et d'inaction, comme après l'accident de Tchernobyl.

Quant au projet des Verts de lancer une initiative populaire pour sortir du nucléaire, le PS attend de voir le texte précis. Mais il va certainement apporter son soutien, d'après la cheffe du groupe parlementaire Ursula Wyss (VE). Les Verts présenteront leurs remèdes «pour sortir du nucléaire avant 2024» mardi lors d'une conférence de presse.

(ats)